Contactez-nous : 02 99 82 68 65 - info@supreme.fr

1-5 sur 21

Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

Ronnie et Stephen, le retour ....

lundi 30 janvier 2017 08:34:49 Europe/Berlin

Ronnie et Stephen, le retour ....

Que Ronnie revienne n'est pas surprenant : il part, revient, repart ... On est habitués !
Mais Stephen a quitté la compétition il y a 4 ans, (lors d'adieu émouvant) et tous pensaient, qu'en dehors de participer au Snooker Legends, on ne le reverrait plus en compétition officielle. Il reviendrait donc ? Ou, quand, comment ?

On vous raconte tout ci-dessous ...

Masters snooker tournament.

Ronnie O'Sullivan, 41 ans, 13e mondial, a remporté pour la septième fois de sa carrière, le Masters à Alexandra Palace de Londres le 22 Janvier 2017, avec une victoire de 10-7 sur son compatriote Joe Perry, 9e mondial, 42 ans, qui disputait la première grande finale de sa carrière. Ronnie détrône au nombre de victoires Stephen Hendry.

Stephen Hendry, avec six victoires, était le co-détenteur du nombre de victoires aux Masters (compétition comptant pour ce que les Anglais appellent les "3 majeurs") qu’il a remporté de 1989 à 1993 et en 1996.Ronnie O Sullivan
Ronnie O’Sullivan l’a emporté lui en 1995, 2005, 2007, 2009, 2014, 2016 et, donc, 2017. Il disputait sa 12e finale dans ce Masters et empoche une prime dédiée au vainqueur d’environ 230.000 euros.
Les deux légendes se sont peu croisées lors de cette compétition : la dernière victoire de Hendry date de  1996 (gagnée 10-5 contre Ronnie O'Sullivan !).

Cette compétition emblématique des Masters a été nommée ainsi en l’honneur de  Paul Hunter (dont le nom est d’ailleurs gravé sur la coupe) qui l’avait gagnée trois fois avant de disparaître tragiquement à l’âge de 27 ans, victime d’un cancer.

Le Master est le second plus grand évènement dans le monde du Snooker, après les Championnats du Monde, malgré qu’il ne rapporte pas de points (car il s’agit d’un tournoi sur invitation, réservé aux 16 meilleurs joueurs du Monde) mais est le mieux doté (200 000 £ pour le vainqueur). Les meilleurs joueurs du monde ont tous gagné au moins une fois cette compétition créée en 1975.

Le parcours de Perry, dans ce qui se trouve être le plus grand match de sa carrière, 26 ans après qu'il soit devenu professionnel en 1991, lui qui n’avait jamais atteint les ½ finales de cette compétition a été semé d’embûche : Stuart Bingham,  Ding Junhui  et Barry Hawkins (n° 12 mondial) en demi-finale. Ce dernier adversaire a été particulièrement coriace tellement sa soif de revanche était absolue : il a perdu la finale l’an dernier face à Ronnie sur le score de 10-1 : humiliation qu’il espérait faire oublier cette année. Mené 5-2, (avec une bille snookée on l’a vu prêt à se diriger vers Hawkins, assumant sa défaite et lui souhaitant bonne chance pour la finale), Perry a effectué une fabuleuse remontée pour conclure à 6-5.
Le parcours de Ronnie a été sans doute plus facile : Liang Wenbo, Neil Robertson et Marco Fu.

La finale a été assez surprenante : Ronnie qui n'a pas perdu face à son adversaire depuis 2008 (Perry n’a battu O’Sullivan que 2 fois en 15 rencontres), a eu beaucoup de mal à trouver son rythme ce qui a permis à Perry de mener 3-1 à la "mid-session interval". Peut-être le fait d’avoir joué avec un embout neuf, changé lors de la demi-finale contre Marco Fu : on sait que pour un joueur de snooker il faut plusieurs heures de jeu avant de "maîtriser" un nouvel embout.
Un break de 115 a permis à Perry de mener 4-1. Une faute sur une bille noire a relancé la machine O’Sullivan qui a gagné les 3 manches suivantes pour égaliser à 4-4 avant la session du soir.

La première session du soir a été dans la lignée de ce que Ronnie avait montré en fin d'après-midi : Perry a totalement Ronnie vainqueur des Masters pour la 7éme foiscraqué et Ronnie s’est détaché pour mener 8-4 à la pause, soit 7 manches de suite pour le quintuple Champion du Monde. Il est probable que, mené 5-4, Perry a alors compris que le match lui échappait non parce que Ronnie jouait bien, mais parce que lui-même jouait moins bien : Ronnie a effectivement gagné les 4 manches avec des breaks inférieurs à 50 ! Il l’a reconnu à la fin du match, estimant avoir perdu pied à 4-1 pour ne refaire surface que lorsqu’il a été mené 8-4 !
La suite a été une formalité malgré deux magnifiques breaks de Perry lui permettant de revenir à 8-6, Ronnie a repris le contrôle pour gagner 10-7.

Dans ses commentaires Ronnie (souvent excessif) estime avoir gagné sa plus belle victoire, en ayant beaucoup de chance et en volant ce trophée !

La suite pour Ronnie ? Il rêve sans doute d’égaler Stephen Hendry au nombre de victoires aux Championnats du Monde (7 contre 5). A défaut l’égaler ou le dépasser au nombre de titres majeurs : (18 – 17 : Stephen Hendry (7 World, 5 UK et 6 Masters) et Ronnie (5 World, 5 UK et 7 Masters).

Il est trop tard pour le UK cette année. L’objectif est donc le Championnat du Monde dans 2 mois ½. Ronnie n’aime pas cette compétition qu’il estime durer trop longtemps (2 semaines).

Une victoire lui permettrait d’égaler le nombre de titre majeur, mais Ronnie sait que le plus beau reste le Championnat du Monde : égaler Stephen est peu probable, le dépasser est impossible !

Championnats du Monde seniors.

Jason Francis, l’homme qui est derrière le très célèbre "Snooker Legends Exhibition Tour", a donné, très récemment les détails sur le nouveau Championnat du Monde Seniors.

La compétition se tiendra du 21 au 25 Mars au Baths Hall à Scunthorpe et sera ouverte à tous les joueurs âgés de plus de 40 ans et non engagés dans le "Main Tour" (tournois officiels comptant pour le classement mondial).

Le tournoi débutera avec quatre épreuves qualificatives qui auront lieu en février et en mars (17-19 Fev au Crucible Sports and Social Club, Newbury, 22-25 Fev au Northern Snooker centre Leeds, 3-5 Mars au Ballroom Nuremberg et 10-12 Mars au D’Arcy McGees, Dublin). La finale se déroulera au Scunthorpe Baths Hall du 21 au 25 mars 2017.Stephen Hendry. Championnats du Monde Seniors

Les 8 joueurs qualifiés rejoindront huit joueurs sélectionnés sur la base d'un critère de qualification qui classe les joueurs éligibles en fonction du nombre de titres mondiaux, nombre de "triple couronnes" (Champion du Monde, Champion d’Angleterre ou UK et le Master) et d'autres tournois professionnels remportés au cours de leur carrière.

Au classement des trois titres majeurs, Stephen est en tête avec 18 trophées (6 Masters, 7 titres mondiaux et 5 UK) devant Ronnie avec 17 trophées (5 titres de champion du monde, 7 Master et 5 UK).
La légende Stephen Hendry, 48 ans, 7 fois Champion du Monde de Snooker a confirmé sa participation tout comme de grands noms de la discipline : Cliff Thorburn, Dennis Taylor, Joe Johnson, Willie Thorne, Tony Knowles, Patsy Fagan et John Parrott.

Le vainqueur de la compétition recevra 10 000 £ ainsi qu’une invitation à participer aux éliminatoires du Championnat du Monde professionnel.

Lors de la compétition principale, 1000 billets seront réservés pour des enfants d'âge scolaire, des groupes de personnes handicapées ou encore des personnes de maisons de soin situées dans la région.

Une tentative avait été faite il y a quelques années : elle avait tourné à la farce quand Mark Williams ou Mark Davis ont ravis le titre (la nouvelle version va interdire aux compétiteurs engagés dans les tournois officiels de participer).
Jason Francis a déjà prouvé sa capacité à faire de superbes spectacles avec, entre autres, le "Snooker Legends" permettant aux nostalgiques de revoir les joueurs qui ont fait rêver tout passionné de Snooker !

Pour Stephen Hendry il ne s’agit pas de revenir dans le circuit de la compétition officielle, trop contraignante (et que pourrait-il prouver avec ses 7 titres mondiaux, qui ne seront probablement jamais battus, ni même égalés !). Il s’agit, pour lui, de retrouver les sensations de la compétition, du public mais aussi du plaisir de jouer sous pression !

Mots clés:

Lambert, cuvée 2017

lundi 23 janvier 2017 12:18:00 Europe/Berlin

Lambert, au sommet du monde...

Pour Christophe les années se suivent et se ressemblent !
On a coutume de dire que l’histoire ne repasse jamais les plats et pourtant …
L’an dernier il participait aux Championnats du Monde I.P.A. de Pool Anglais du 2 au 7 Février 2016 à Bradford en Angleterre et après un départ fulgurant, laissant entrevoir le titre mondial en double, se faisait rejoindre sur le fil par les Anglais Gareth Hibbot et Dean Shields, qui, sur la bille noire, le privait de ce titre tant convoité.
Une semaine plus tard il échouait en finale du10ème Open d'Arles, une des huit étapes du Championnat de France de Black Ball face à Yannick Beaufils.

Championnat du monde Chinese 8 Pool.

Cette année Christophe faisait partie des 64 joueurs sélectionnés pour participer à la  cinquième édition des Championnats du Monde (World Chinese 8-Ball Masters) qui se sont déroulés à Qinhuangdao, dans la province du Hebei, dans le nord de la Chine du 10 au 15 Janvier 2017.Lambert aux Championnats du Monde Chinese 8 Pool

Ce jeu bénéficie d’une popularité croissante : Le jeu se déroule sur des tables 9 ft, similaires dans la forme à un snooker, avec un tapis de snooker plus rapide que le tapis traditionnel, avec un jeu de billes de type américain de 57 mm et des règles similaires au billard américain rendant le jeu beaucoup plus agressif.
Xinhua Qiao Bing, président du Joy Billiards Group, est persuadé que ce jeu, après avoir fait des centaines de milliers d’émules en Chine, est en passe de conquérir le monde.

Il faut dire qu’il se donne les moyens de ses ambitions : Après avoir débuté les premiers Masters en 2013, il s’est offert les services de la légende du Snooker, Stephen Hendry qui devient l’ambassadeur mondial de ce jeu. Ce dernier considère que le snooker s'apparente au jeu d'échecs, tandis que le 8-ball Pool ressemble au jeu de dames.
En l'espace de cinq ans, les tournois  ont été visionnés 250 millions de fois à la télévision et 400 millions de fois en ligne à travers le monde.
L'année dernière, des compétitions se sont tenues avec succès dans 11 pays à l'étranger, dont l'Argentine, le Canada, le Mexique, le Royaume-Uni et les États-Unis. Cette finale 2017, dotée de 140 000 dollars de prix, a attiré 64 concurrents : 32 Chinois et 32 joueurs sélectionnés dans 26 pays différents.
Gareth PottsMr Qiao, président de Joy, après avoir fait de son sport une évidence en Chine (plus de 200 000 clubs de billard enregistrés en Chine avec environ 60 millions de fans, la plupart d'entre eux considérant le 8-Ball Pool comme leur sport principal), part en croisade pour imposer celui-ci dans le monde entier en intéressant les joueurs du Monde entier (il suffit d’écouter Christophe raconter comment il a été reçu pendant cette semaine Chinoise !), augmentant les prix pour les compétitions, médiatisant ce jeu au niveau mondial avec des moyens financiers fabuleux (60 pays au cours des cinq prochaines années avec des retransmissions en direct). Il espère que le Chinese 8-ball peut devenir le plus grand jeu de billard au monde à l'avenir, et éventuellement faire partie des sports olympiques.
Gageons qu’avec le roi Hendry comme ambassadeur tout deviendra possible !

Le tournoi se joue en double élimination, qui permet aux joueurs de perdre un match et de rester dans la compétition s’il gagne le suivant. Une deuxième perte, cependant, implique l'élimination. Chaque match est joué au meilleur des 25 manches, dans un temps maximum de 140 minutes.

Deux joueurs dominent ce jeu : l’Anglais Gareth Potts, (4 fois Champion du Monde de Pool Anglais, vainqueur des deux premières éditions du World Chinese 8 Pool) et le Chinois Yang Fan (vainqueur des deux suivantes).

L’édition 2017 a souri de nouveau à l’Anglais vainqueur en finale de Zhang Kun-Peng, à l’épreuve de la mort subite, là où Christophe avait perdu le titre I.P.A.l’an dernier !

La vidéo de la finale est ici.

Et Christophe dans tout ça ? Après avoir passé le premier tour, il a chuté au second tour, perdant son premier match contre le Chinois Chen Qiang sur le score de 13-11. Surpris et débordé lors du premier match, il s’est ressaisi lors du second. Mené 11-7, il est revenu à 12-11. Tout semble bien fonctionner, la remontée a été prometteuse, tout devenant alors possible. C’était sans compter sur une erreur fatidique : Christophe commet une erreur assez rare en rentrant la bille blanche, laissant alors une table facile à son adversaire qui n’a pas laissé passer l’occasion. Sans cette faute, il est fort à parier que Christophe fermait la table pour aller à la belle, le temps restant lui permettant d’envisager le meilleur.

Pas de déception du coté de notre champion : Il n’a pu s’entraîner qu’un mois sur un mini snooker, temps trop court pour appréhender les subtilités de ce jeu autant au niveau de la surface de la table, de la grosseur des billes que de la rapidité de glisse du tapis.

Un immense Big Up pour Christophe : aucun Français ne s’est jamais hissé à ce niveau et de nouvelles opportunités s'offrent sans à lui. Les paris sont ouverts : Le 8 pool Anglais dont il est le boss incontesté resistera-t-il aux sirènes Chinoises du Chinese 8 Pool ?

Open d'Albi.

Retour en France le 16, avec un gros décalage horaire à récupérer, participation à un reportage chez Toulet dans le Nord le 17, avion direction Albi le 18, le temps de faire quelques billes sur son jeu de prédilection avant la compétition du Master d’Albi qui débutait le 20 Janvier 2017.Yannick Beaufils

Nul doute que le décalage horaire, la charge émotionnelle énorme de ces 7 jours en Chine avec les plus grands joueurs du Monde, la nécessité de retrouver les automatismes du Pool Anglais après avoir vécu pendant un mois en mode Chinese 8 Ball, la fatigue accumulée tout au long de cette période n’ont pas joué en sa faveur lors de ce rendez-vous Albigeois, où se retrouvaient comme chaque année les 32 meilleurs joueurs Français de BlackBall.

Et comme nous le disions plus haut, les mêmes phénomènes produisent souvent les mêmes résultats. Comme l’an dernier où Christophe, une semaine après les Championnats du Monde, avait perdu en finale à l’Open d’Arles, 7-4, face à Yannick Beaufils, il n’a pas pu élever son niveau de jeu pour passer les huitièmes où il a perdu 7-4 face à Sébastien Ramier, joueur habituellement à sa portée.

Sébastien a perdu au tour suivant contre Christophe Thebault, qui a perdu en demi contre Yannick Beaufils, qui a remporté la finale contre l’inattendu Christophe Faurie.

Les connaisseurs se souviennent que l’an dernier, à Arles, Christophe avait perdu en finale contre … Yannick Beaufils !

On disait que l’histoire ne repassait jamais les plats ?

Merci au Billard en image pour permettre aux passionnés de voir toutes ces compétitions en direct.

Championnat du Monde BlackBall

lundi 17 octobre 2016 08:56:28 Europe/Berlin

La France brille ...

Pendant longtemps on a pensé que, de la même façon que les Japonais gagnaient en judo, les Chinois en tennis de table, les Brésiliens au FootBall, les Anglais gagnaient toujours en Pool Anglais et en Snooker.
Et la roue tourne : les Brésiliens sont ridicules lors de leur Championnat du Monde, les Japonais tremblent devant Teddy Riner et ... la France devient la meilleure équipe du monde en Pool Anglais !

Championnat du Monde Black Ball.

Du 10 au 16 Octobre 2016 se sont déroulés à Killarney en Irlande (au Gleneagles Hotel) dans une magnifique salle avec 30 billards, les Championnats du Monde BlackBall WEPF de Pool Anglais, dans toutes les catégories La médaille tant convoitée(simple hommes et femmes, double hommes et femmes, jeunes etc ). Les meilleurs joueurs de toutes les nations du monde entier sont réunis pendant une semaine, l’occasion pour les plus grands joueurs de la planète de se confronter afin de désigner les meilleurs d’entre eux. La France était bien évidemment représentée par Christophe Lambert, dans la catégorie reine, mais aussi par une pléiade de joueuses et joueurs, tous plus talentueux les uns que les autres.
Pour Christophe, et son ami Roger Dumortier c'était l'occasion de prendre leur revanche suite à la finale perdue en IPA (à l'épreuve de la mort subite) en Février dernier, défaite qu'il a mis plusieurs mois à digérer.

Cela ressemblait à une semaine de grâce : tout allait pour le mieux dans presque toutes les catégories. Les jours se suivaient, les victoires s'accumulaient, en poule d'abord, puis à partir de vendredi en 1/4, 1/2 et dimanche en finale.

Plusieurs titres de Champion du Monde.

Notre chauvinisme totalement assumé, et les relations priviliégiées que nous entretenons avec Christophe Lambert nous amènent Sabrilla, Championne du Mondelogiquement à parler de ses résultats en premier. Mais ce serait alors faire affront à la performance énorme de la Française Sabrilla Brunet qui décroche son troisième titre consécutif de Championne du Monde en simple dames. Et qui plus est de la plus belle manière qui soit puisqu'elle gagne 6-1 en finale, contre Sandra Evans. A noter la présence de trois Françaises dans le dernier carré : Sabrilla Brunet a battu Vanessa Chamonaz, qui a remporté la médaille de bronze en battant sa compatriote Cécile Gadesaude en finale pour le bronze.
Un big up pour cette nouvelle et magnifique victoire de Sabrilla.

En début de semaine l'équipe de France de Speed Pool U18 avait brillamment remporté la médaille d'or dans cette discipline de vitesse. Médaille d'or également pour les jeunes (Equipe U18) qui ont essuyé une seule défaite en poule et qui terminent à la première place du groupe après une dernière victoire face aux écossais, leur octroyant une place directe pour les demi-finales.

Et fabuleuse consécration pour l'équipe de France masculine, emmenée par son capitaine Christophe Lambert : terminant invaincue et première de sa poule ce qui lui a permis d'affronter une surprenante équipe de Catalogne en quart de finale. Qualification assez facile pour les demi-finales où ils ont battus l'Irlande du Nord. Comme disait Christophe avant la finale :"On y va avec les fusils chargés, et on a de la munition !"

Lambert et Dumortier.

Enfin la consécration, tellement méritée, en double messieurs pour la paire Christophe Lambert et Roger Dumortier qui saison après saison confirme sa suprématie au niveau mondial. Médaille d'argent et énorme déception en Février de cette année en IPA, ils touchent enfin le Graal hier en Irlande en décrochant l'or.
Ce qui porte à 5 le nombre de médailles d'or de l'équipe de France.
Le Pool anglais est un sport individuel qui se joue en équipe ...

Et de nombreux podiums.

Mais la moisson ne s'est pas arrêtée là ! 

Médailles d'argent pour le Speed Pool U23, en double Femmes (Karine Cruz & Floriane Niollet) qui s'incline en finale dans la manche décisive, après s'être fait une grosse frayeur en demi : menée 2 à 0, les deux Françaises ont renvTof et Roger !ersé la tendance pour s'imposer 3 à 2, pour l'équipe Femmes qui est sortie in-extremis de sa poule et a affronté l'équipe d'Afrique du Sud, qui n'a pas brillé par son fair play, pour Levent Afyon (en U23) et Paul Coldrick pour sa première sélection en équipe de France FFB (en vétérans).

Médaille de Bronze en double U23 (Levent Afyon & Julien Leroux), en équipe U23 (qui a réussi l'exploit de remporter 2 victoires contre l'Angleterre et l'Australie en phase de groupe, puis une nouvelle victoire contre l'Angleterre en 1/4 de finale, et pour Vanessa Chamonaz (Femmes) dans la finale franco-Française pour le bronze face à Cécile Gadesaude..

Soit un total de 13 podiums au total ! Une semaine magnifique, une équipe de France soudée, des qualités individuelles exceptionnelles qui créent de la synergie en équipe, et des jeunes qui sont déjà là pour prendre la relève quand l'heure sera venue !

Merci au Billard en image pour permettre aux passionnés de voir les principaux matches des ces Championnats du Monde en direct sur Facebook.

And the Winner is ...

lundi 2 mai 2016 23:12:00 Europe/Berlin

Marc Selby.

Un championnat assez surprenant.

Ce championnat du Monde nous a réservé de nombreuses surprises. En quart de finale trois joueurs ne faisaient pas partie du top 16. Seul le numéro un mondial, Mark Selby, a su résister : outre Mark Selby, la demi-finale comprenait pour la première fois deux joueurs issus des qualifications : Ding JunHui (n° 17) et Alan Mac Manus (n° 29) et Marco Fu (n° 14). L’élagage a été exceptionnel !
C'est également la première fois que deux joueurs asiatiques se retrouvent en demi-finale.
On est également loin des records de précocité de Stephen Hendry : Marco a 38 ans et Mc Manus 45 ans, le joueur le plus âgé à atteindre une demi-finale depuis Ray Reardon en 1985 ! Mieux vaut tard que jamais !!!
Pour ces demi-finales le décor change : on enlève une table et on repositionne l'autre au milieu de la scène. Chaque demi-finale se joue au meilleur des 33 frames en 4 sessions de 8 frames réparties sur 2 jours, vendredi et samedi.

Ding Junhui vs Alan Mc Manus.

Sur le papier le combat était inégal. Malgré les belles prestations de Mc Manus aux tours précédents, Ding JunHui pouvait logiquement prétendre à être le premier Chinois à atteindre le stade de la finale.
Après un excellent départ permettant à Ding de de mener 6-2 à la fin de la première session, accentuant à puis 9-3 au début de la seconde, tout laissait penser que les jeux étaient faits. C'était sans compter sur la ténacité d'Alan, gagnant 5 frames de suite pour recoller à 9-7, puis à 9-8.Ding Mc Manus
Très concentré Ding a repris le contrôle du match, ratant de très peu un break de 147, pour finir la troisième session avec les 4 frames d'avance qu'il possédait à la fin de la première manche, terminant à 14-10 vendredi soir.
Il lui a suffi de maintenir cette pression pour conserver cet écart acquis au début du match pour remporter la première demi-finale 17-11 lui ouvrant les portes de la finale et peut-être la possibilité de devenir le premier non Anglais à remporter la finale après Neil Robertson en 2010 et peut être le troisième joueur issus des qualifications à devenir Champion du Monde Les deux autres sont Shaun Murphy en 2005 et Terry Griffiths en 1979, ce dernier étant actuellement le coach de Ding !).
A noter au passage que Ding établit un nouveau record de 7 centuries au cours d'un match : il a fait 11 centuries depuis  le début du tournoi, ce qui lui permet d'espérer battre le record de Stephen Hendry de 16 centuries en 2002. Il bat également le record de matches joués aux Championnat du Monde : la finale sera son 8ème match depuis le début des qualifications le 8 Avril !
Pas moins de 100 millions de fans Chinois seront devant leur téléviseur ce week-end pour la finale.

Mark Selby vs Marco Fu.

Quand le numéro 1 rencontre le n° 14, le choses devraient être simples. Mais Mark Selby n'a jamais semblé au mieux de sa forme, alternant des coups magiques et des erreurs incompréhensibles.
Le match a été beaucoup plus serré et incertain que l'autre demi-finale.
Menant 5-3 à la fin de la première session, Mark Selby n'a pu faire autrement que de laisser Marco Selby FuFu égaliser à 8-8 à l'issue de la seconde. Le joueur de Hong Kong a maintenu la pression et terminé la troisième session à 12-12 samedi après-midi.
La dernière frame de cette troisième session a duré une éternité : 1 heure 16 minutes and 11 secondes, record depuis que les Championnats se déroulent au Crucible.
C'est au cours de cette session qu'est arrivé un évènement très rare : l'embout de Marco Fu s'est décollé alors que celui-ci remettait de la craie. Contrairement à un joueur de tennis qui a plusieurs raquette, un joueur de Snooker n'a qu'une seule queue de billard, celle-ci étant comme le prolongement de son bras, il serait très compliqué pour un joueur de changer de queue de billard pendant un match. La solution a donc été de lui recoller son embout, tâche à laquelle s'est attachée l'arbitre de la finale, Mr Paul Collier. Pourquoi ne pas avoir changé d'embout ? Tout simplement parce qu'une fois posé, l'embout doit être préparé et testé, ce qui prend énormément de temps.
La dernière session, décisive pour désigner le second finaliste a tenu toutes ses promesses et a été à l'image des précédentes : Embout décolléaucun des deux joueurs ne parvenant à décrocher l'autre, Marco Fu prenant une seconde fois l'avantage pour mener 14-13.
C'est d'ailleurs dans cette 37ème manche qu'est arrivé un évènement assez rare au snooker. L'index de Marco Fu, devant jouer la bille blanche au milieu de plusieurs rouges, a touché une de celle-ci, sans que l'arbitre du match ne voie la faute. Il est pratiquement impossible que Marco Fu ne se soit pas rendu compte de cette faute. Le Snooker étant un sport de gentlemen, un joueur qui commet une faute, la signale toujours à l'arbitre, si celui-ci ne l'a pas vue. Marco ne l'a pas fait, s'attirant les foudres des réseaux sociaux.
Les dieux du Snooker semblaient avoir des difficultés à choisir le finaliste ! A 15-15 Mark Selby a réalisé la manche parfaite pour mener 16-15, à une frame de la finale. La manche suivante s'est également révélée épique : au terme d'une bataille de plus d'une heure, nous offrant un niveau technique et tactique exceptionnel, avec des snooks improbables, Mark Selby a enfin dénoué la situation l'emporter 17-15, lui donnant accès à sa troisième finale, deux ans après l'avoir gagnée.
Comme il l'a dit en salle de presse après le match, il lui faudra relever son niveau de jeu s'il ne veut pas que le trophée parte en Chine pour la première fois !

La finale : Mark Selby vs Ding Junhui.

La finale, évènement national en Angleterre se joue en 35 Frames, réparties sur 4 sessions en deux jours : dimanche et lundi, celui-ci étant férié.
Finale logique sur l'ensemble du Championnat. Mark Selby fait honneur à son rang de n° 1 mondial. Ding JunHui est récompensé de sa régularité.World Snooker Championship 2016 Final
Première session de 8 frames dimanche après-midi. Mark Selby a changé d'embout : ce qui semble être un détail pour le commun des mortels, est considéré comme une prise de risque incroyable à ce stade de la compétition, tellement la réponse de l'embout est un élément important du jeu. Le risque a été payant : Mark n'a laissé aucune chance à Ding au début de cette session allant jusqu'à mener 6-0 ! La session se termine sur le score de 6-2.
La seconde session (9 frames) prend une tournure totalement différente, à un point qu'on se demande si on assiste au même match : Ding JunHui retrouve son jeu, Mark Selby commet quelques erreurs : le score à la mid session interval est de 7-5.
La seconde session voit Mark Selby retrouver son jeu, mais aussi Ding retrouver la confiance qui lui a fait défaut au début du match. Match très tactique, avec de fabuleuses billes de défense, aucun joueur ne voulant prendre de risque. La 15ème manche en est la preuve : 66 minutes de jeu ! On assiste à une véritable guerre des nerfs : l'arbitre a même proposé un re-rack (le jeu n'évoluant pas, l'arbitre propose d'annuler la frame), prouve que chaque coup est joué comme un coup décisif. La seconde session se termine sur un avantage de 3 manches à 10-7.
La première session du lundi après-midi (8 frames) ressemble à la dernière de la veille : une énorme concentration pour les deux joueurs, alternance du meilleur et du moins bon. Ronnie O'Sullivan a peut-être raison : la durée du Championnats (17 jours) fait qu'il est extrêmement difficile d'être à son meilleur niveau aussi longtemps. La finale sur deux jours est un exercice terriblement éprouvant : ce qui donne des coups fabuleux et des ratages surprenants. On continue donc de jouer au chat et à la souris : dès que Ding Junhui revient trop près de Mark Selby, celui-ci tente de reprendre un peu de distance au score.
C'est ce qui s'est encore passé cet après-midi : score final 14-11.
Dernière session de cette final : le premier qui atteint 18 frames est Championdu Monde). 19 heure anglaise, des millions de téléspectateurs anglais, des dizaines, voire des centaines de millions en Chine. 4 frames pour Mark. 7 pour Ding : le suspense est total !
Mark Selby met une pression énorme dès la première frame, jouant chaque bille avec une concentration et une détermination maximum, l'important étant de mettre DIng à 7 manches du titre, Mark n'étant plus qu'à 3 manches.
Un peu de chance sur le suivante, la manche se termine sur la noire : a "tremendous pot", comme dit notre ami John Virgo, qui commente sur BBC2. Le titre est à 2 frames.
Plusieurs fautes de Mark, trop de prises de risque, un jeu parfait de Ding lui permettent de revenir à 16-13 à la mid session interval.
Comme d'habitude la BBC profite de ce moment pour diffuser quelques moments importants ou faire quelques annonces : On a ainsi appris que Barry Hearn, World Snooker Chairman, n'avait pas l'intention de délocaliser les Championnats du Monde en Chine. Les larmes aux yeux, Steve Davis nous a expliqué que le décès de son père cette année l'a décidé à mettre fin à sa carrière professionnelle.
Au retour Ding reprend la main, et gagne la première manche. A 16-14 la tension devient insoutenable : Si Mark gagne la manche, il n'est plus qu'à une frame du titre. Si Ding la gagne il revient complètement dans le match et tout est alors possible. Ding craque le premier, après 52 minutes permettant à Mark de mener 17-14, à une manche du titre.
La dernière manche semble être une formalité, Mark s'appliquant sur chaque bille : la logique est respectée : le numéro 1 mondial devient Champion du Monde pour la seconde fois sur le même score : 18-14.
Marc Selby Champion du Monde

Mots clés:

Vers les 1/2 finale des Championnats du Monde

mercredi 27 avril 2016 23:23:00 Europe/Berlin

Il ne reste que 4 prétendants au titre.

Le championnat qui défie tous les pronostics.

Les bookmakers anglais ont du se régaler : quart de finale totalement imprévisibles. Trois joueurs parmi les 8 qualifiés ne sont pas dans le top 16. Après le numéro 1, Marc Selby, on saute directement  au n° 8, John Higgins !

Ding Junhui.

Sur le papier il est difficile de faire des pronostics, trop d'éléments rentrent en compte !
Compte tenu des tours précédents on s’attendait à un match équilibré entre Marc Williams et Ding JunHui : ce dernier s’est qualifié en un temps record, battant Williams 13-3.
Rien à dire tellement la victoire a été nette et a semblé facile. Ding JunHui a été impressionnant depuis le début des Championnats : on le retrouvera sans doute en finale, à partir de dimanche.

Marc Selby.

Kyren Wilson, sortant des qualifications nous a fait une telle impression lors des tours précédents qu’il était difficile de faire un pronostic pour son match contre le numéro un, Marc Selby. Le match a tenu ses promesses : Selby a démarré très fort, laissant penser que ce ne serait qu’une formalité. Mais le jeune Wilson a confirmé tout le talent qu’il avait montré pendant les tours précédents. Malgré une belle remontée, il a du s’incliner (13-8)  l’avance de Marc Selby étant presque impossible à combler. A noter que, pour compléter la belle impression, laissée pendant ces Championnats du Monde, Wilson s’est offert le luxe du meilleur break de la compétition avec un total de 143 points à l’avant dernière frame.

Alan Mc Manus.

Match très attendu que celui qui oppose John Higgins, le plus régulier du tournoi, au revenant Allan Mc Manus, le plus âgé, issu également des qualifications.
Là encore sur le papier l’avantage allait à une large victoire de John Higgins. Même Mc Manus n'y croyait pas : il avait fait le check out de sa chambre le matin même ! Et une fois de plus les pronostics ont été démentis. Match très serré, Mc Manus faisant preuve d’une grande régularité, a collé au score en permanence, ne permettant jamais à Higgins de le lâcher, jusqu'à remonter à 11-11.
C'est dans les vieux pots (Mc Manus est le joueur le plus agè à atteindre la demi finale depuis 32 ans)...Alan a continué à jouer avec sérieux, Higgins ne s'attendait sans doute pas une telle résistance : Alan se retrouve en demi (13-11) où il rencontrera Ding Junhui. Le combat sera rude !

Marco Fu.

Le plus difficile a surement été pour Barry Hawkinks : à peine remis de sa victoire lors de la dernière manche lundi soir contre le favori RonnieO’Sullivan, il a dû retrouver Marco Fu, qualifié deux jours plus tôt.
Le prévisible est arrivé : au cours de la première session Marco Fu a pris un avantage énorme 7-1, considéré comme presque insurmontable. Mais impossible n’est pas Hawkins : frame après frame il est revenu dans la partie, jusqu’à 10-9, s'offrant même une potentielle bille d'égalisation à 10-10, qui a été le tournat de ce match.
Le mental est une partie importante de la victoire : la machine si bien réglée, s’est alors déréglée, laissant Marco Fu, malgré de très grosses fautes, s’envoler vers la victoire (13-11)
Lors de la remontée de Barry, Marco Fu n'a jamais montré la moindre marque d'inquiétude. Puis il a joué chaque bille comme si sa vie en dépendait, avec une intensité de concentration et un calme rares.Il a surement mérité sa demie finale.

Que retenir de ces demi finales ?

Deux joueurs asiatiques en demi ; du jamais vu, tellement on est habitué à ne voir que des anglais à ce stade du Championnat.
Le numéro un mondial et un joueur issu des qualifications. Le grand écart.
Le joueur le plus agé en demi depuis 32 ans.
Un pronostic : Ding JunHui - Selby en finale.

Demi Finale Championnats du Monde

1-5 sur 21

Page :
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5