Contactez-nous : Afficher le numéro 02 99 82 68 65 - info@supreme.fr

4 article(s)

Le Carrom ou billard indien

lundi 7 mars 2016 10:51:00 Europe/Berlin

Le Carrom, présentation

Le Carrom (ou billard indien), est très pratiqué en Asie, et sutout en Inde. A la différence du billard traditionnel, celui-ci se joue sans queue et sans bille. Il s'agit de faire glisser des pions sur un support en bois.
Un des jeux les plus populaires en Inde, le Carrom était autrefois considéré comme un simple passe-temps mais il est aujourd'hui joué à un niveau compétition. Et la "All India Carrom Federation" organise régulièrement des championnats nationaux et des tournois régionaux.  A l'instar du billard, il requiert une bonne concentration et une certaine technicité.

Les règles du Carrom :

  • Le carrom peut se jouer par équipe ou en individuel. Après avoir choisi la couleur de leurs pions, le joueurs se font face, le but étant de mettre les pions de sa couleur dans les trous avant les autres.    
  • Comme la bille banche au billard, on se sert d'un palet en résine pour venir frapper les autres pions. Si le joueur fait rentrer un pion de sa couleur dans le trou, il rejoue. S'il met un pion de la couleur adverse, il passe alors son tour.
  • Comme dans un triangle au billard, les pions sont placés au centre du Carrom : le pion rouge étant au milieu, puis les autres pions l'entourant en alternant les couleurs.
  • L'objectif est de mettre tous ses pions dans les trous. Les pions valent tous 1 point, sauf le rouge qui en vaut 3. On compte également les points du perdant, avec les pions restant sur le plateau.
  • Sur le Carrom, on trouve 4 cercles dans chaque angle du carré central. Les pions s'y trouvant ne peuvent être frappés directement.
  • S'il ne reste plus qu'n pion sur le plateau, le joueur ou l'équipe doit obligatoirement rentrer le point rouge sinon, c'est elle qui perd.

Les pénalités :

  • Si on fait rentrer un pion de couleur adverse, on compte ce pion mais on remet un de nos pions au centre et on perd la manche.
  • Si on fait rentrer le palet, on perd un pion et la manche.
  • Si on fait rentrer le palet et un pion, on perd deux pions et la manche.

Il y a 2 "styles" de parties : le jeu en 25 point ou en 3 sets.

A noter, qu'il existe différentes tailles de plateaux de Carrom :

Les explications en vidéo.

Vidéo de championnat de Carrom.




Retrouvez nos packs, les accessoires et les Carrom officiels sur notre boutique.

Mots clés:

Vision à 360°

dimanche 20 décembre 2015 10:51:00 Europe/Berlin

Vision à 360 °

Vous en avez rêvé, Riley l'a fait !

Le choix d'une queue de billard est quelque chose de difficile. Il s'agit d'un objet très personnel, qui va devenir le prolongement de votre main quand vous jouez au billard.

Vision 360La photo est importante et nous portons une attention toute particulière à la qualité de celles-ci et essayons de donner le maximum d'informations sur les détails : le fût, la flèche, l'embout (ou procédé), la virole, le type de jonction pour les queues qui ne sont pas monobloc.

C'est beaucoup, mais pour des queues de haut de gamme l'acheteur ressent souvent un manque : beaucoup de joueurs nous ont confié qu'ils souhaiteraient avoir une information plus complète, qui leur donnerait l'impression d'être en magasin avec la queue de billard en main ave la possibilité d'examiner chaque détail avec précision, ce qui est impossible avec un système de photos classique.

Après plusieurs mois de recherche Riley a développé un système unique sur le marché du billard : la vision en 360 °.

Voir une illustration ici : Cliquez sur ce lien Système 360

Vous aurez l'impression d'avoir la queue de billard dans votre main avec la possibilité de l'examiner sous toutes les coutures.
A l'aide des différents boutons situés sur le système de visionnage vous pourrez :

  • Détailler le fût.
  • Détailler de façon très précise la base de celui-ci (qui comporte souvent un logo)
  • Regarder les flammes de la queue de billard et les diverses décorations.
  • Zoomer sur la jonction.
  • Zoomer sur l'embout.
  • Détailler l'extension, si elle existe.

Une fonction "Play" permet de dérouler toutes ces fonctions en automatique.

Plusieurs fonctions sont faciles à gérer : déplacer la queue de billard en haut ou en bas, la faire tourner à 360°, zoomer ou dézoomer sur la partie que vous souhaitez.

Système 360Vous disposez alors de ce qui se fait de mieux aujourd'hui pour visualiser tous les détails qui sont importants pour l'acquisition d'une queue de billard, ce qui donnera la possibilité de prendre votre décision en connaissance de cause et faire le meilleur choix possible.

Seules les queues de haut de gamme disposent de cette possibilité : nous travaillons pour rendre ce dispositif accessible à toutes les queues de billard. Juste un peu de patience ...

Mots clés:

Billard et Snooker : Histoire du 147

dimanche 3 mai 2015 12:26:00 Europe/Berlin

En fin d'année il est de coutume de faire des statistiques, regarder en arrière sur l'année qui se termine et voir ce qui a été bien et moin bien. Avec force "Best of" et " Ce qu'il ne fallait pas rater" ...
Plutôt que de nous livrer à cet exercice et passer en revue l'année écoulée, nous avons préféré élargir le champ d'investigation et nous pencher sur le point crucial du Snooker : le fameux 147 (maximum de points qui puisse être fait lors d'un match) et tenter de faire une revue, pas forcément exhaustive, de tout ce qu'il faut savoir pour avoir l'air d'un connaisseur ....

Le break maximum en Snooker, dans des circonstances normales, est de 147 points (en anglais One Four Seven). Un 147  est habituellement  reconnu comme étant le maximum, bien que nous verrons plus bas qu’il est possible de faire plus de points. Un  score de 147 est réalisé  en empochant l’ensemble des 15 billes rouges avec 15 noires soit un total de 120 points, puis les six billes de couleurs, dans un ordre précis, pour un total de 27 points. Le break maximum a été réalisé 97 fois en compétition professionnelle. Ronnie O’Sullivan et Stephen Hendry partagent le record de 11 break maximum officiels chacun.

Les scores supérieurs à 147 sont toutefois possibles dans le cas du "free ball" ou bille libre qui résulte d’une faute de l’adversaire : cela est arrivé une seule fois lors d’une compétition professionnelle.

Dans le cas d’une bille libre en début de manche, le break maximum possible est de 155 : Suite à une bille libre,  il est alors possible de jouer n’importe quelle  couleur comme s’il s’agissait d’une bille rouge, puis une autre couleur, et enfin les 15 rouges et noires et les 6 couleurs. Le break le plus élevé réalisé jusque-là est de 155, si la bille qui suit la bille libre est une bille noire (soit 1 point pour la bille rouge, 7 pour la bille noire, et les 147)

Le premier break de plus de 147 a été réalisé en 2004 par Jamie Burnett dans un match contre Leo Fernandez lors du UK Championship : le break réalisé a été de 148.

Le break le plus surprenant.

Lors des championnats du monde 2010Ronnie O’Sullivan a demandé, après seulement 8 points, dans la manche qui l’opposait à Mark King, s’il y avait une prime pour un break maximum. L’arbitre Jan Veerhas lui répond qu’il n’y en avait pas pour un 147, mais juste une prime de 4000£ pour le plus break le plus important du Championnat.

Après avoir rentré toutes les billes, O’Sullivan s’arrêta alors à 140 points en laissant la bille noire sur la table, puis serra la main de son adversaire et de l’arbitre, expliquant qu’il n’allait pas finir le break du fait qu’il n’y avait pas de prime spéciale. Cependant, l’arbitre persuada O’Sullivan d’empocher la dernière bille noire pour ses fans de Glasgow.

Ce break était le dixième "maximum" de sa carrière. O’Sullivan expliqua alors être un peu déçu de ne pas avoir de bonus pour break : "Ce sont des moments magiques et ils méritent des bonus magiques."

Alors que s’est-il passé? "L’arbitre m’a joué le coup de la culpabilité, en disant : fait le pour tes fans. "

Le break le plus rapide.

C’est Ronnie  O'Sullivan qui détient le record du break le plus rapide en snooker, il lui a fallu 5 minutes et 20 secondes lors de la première manche dans les championnats du monde de 1997.

Le plus beau break.

Celui de S. Hendry en 2012. Mais c’est totalement subjectif !

Les premières fois:

Le premier break maximum a été réalisé par Murt O’Donoghue a Griffith, Nouvelle Galles du Sud, en Australie le 26 Septembre 1934.

Joe Davis a réalisé le premier 147 officiellement enregistré le 22 Janvier 1955 à Leicester Square Hall à Londres, contre Willie Smith lors d’un match d’exhibition.       

Le premier maximum ratifié en compétition a été réalisé  par Rex Williams dans le match Professionnel v. Amateurs, le 23 Décembre 1966 à Cape Town.

Le premier maximum enregistré dans une compétition professionnelle fut celui de John Spencer le 13 janvier 1979 au tournoi de Holsten Lager contre Cliff Thornburn. Cependant, il n’a pas officiellement été ratifié à cause de poches surdimensionnés, facilitant l’empochage. Ce break n’a pas été enregistré, l’équipe de télévision étant à une pause thé.

Le premier break maximum dans une compétition professionnelle a été réalisé par Steve Davis au Classic de 1982 contre John Spencer, lors du Lada Classic. Ce fut également le premier 147 télévisé.      

En 1983, Cliff Thorburn est devenu le premier joueur à réaliser le break maximum dans un Championnat du monde. Cet exploit a ensuite été répété par Jimmy White, Stephen Hendry (trois fois), Ronnie O’Sullivan (trois fois), Mark Williams et Alister Carter.

Ronnie O'Sullivan

Cliff Thorburn est le premier joueur à avoir réalisé plus d’un break maximum en compétition, et Stephen Hendry est le premier joueur à avoir réalisé plus d’un break maximum lors de compétition télévisée.

Mark Williams est devenu la premier joueur à réaliser un break maximum officiel contre une femme au Rhein-Main Masters   

Le joueur le plus jeune ayant réalisé un 147, toutes compétitions confondues, est Judd Trump au tournoi des moins de 16 ans de  Potters à l’âge de 14 ans et 206 jours.

Le plus jeune joueur à avoir réalisé un 147 lors d’une compétition professionnelle est Thanawat Thirapongpaiboon au Rein-Main Masters de 2010 à l’âge de 16 ans et 312 jours.

Le plus jeune joueur à avoir réalisé un 147 télévisé est Ding Junhui à l’âge de 19 ans et 7 mois aux Masters de 2007.

Le joueur le plus âgé à avoir réalisé un break maximum dans une compétition professionnelle est Stephen Hendry, il a été réalisé aux Championnats du Monde de Snooker de 2012, Hendry avait 43 ans et 99 jours. Il arrivait de Chine la veille avec un jet lag de 6 heures

Un récapitulatif des 97 maximum break réalisés à ce jour, avec, si elle existe, la vidéo associée. Enjoy.

#

Nom

Evènement

Opposant

Année

Video

1

Steve Davis (1)

Lada Classic

John Spencer

1982

Video

2

Cliff Thorburn (1)

Embassy World Championship

Terry Griffiths

1983

Video

3

Kirk Stevens (1)

Benson & Hedges Masters

Jimmy White

1984

Video

4

Willie Thorne (1)

UK Championship

Tommy Murphy

1987


5

Tony Meo (1)

Matchroom League

Stephen Hendry

1988


6

Alain Robidoux (1)

European Open

Jim Meadowcroft

1988


7

John Rea (1)

Scottish Championship

Ian Black

1989


8

Cliff Thorburn (2)

Matchroom League

Jimmy White

1989


9

James Wattana (1)

Mita World Masters

Paul Dawkins

1991


10

Peter Ebdon (1)

Strachan Professional

Wayne Martin

1991


11

James Wattana (2)

British Open

Tony Drago

1992

Video

12

Jimmy White (1)

Embassy World Championship

Tony Drago

1992

Video

13

John Parrott (1)

Matchroom League

Tony Meo

1992


14

Stephen Hendry (1)

Matchroom League

Willie Thorne

1992


15

Peter Ebdon (2)

UK Championship

Ken Doherty

1992


16

David McDonnell (1)

British Open

Nic Barrow

1994


17

Stephen Hendry (2)

Embassy World Championship

Jimmy White

1995

Video

18

Stephen Hendry (3)

UK Championship

Gary Wilkinson

1995

Video

19

Stephen Hendry (4)

Liverpool Victoria Charity Challenge

Ronnie O’Sullivan

1997

Video

20

Ronnie O’Sullivan (1)

Embassy World Championship

Mick Price

1997

Video

21

James Wattana (3)

China International Challenge

Pang Wei Guo

1997


22

Stephen Hendry (5)

Doc Martens League

Ken Doherty

1998

Video

23

Adrian Gunnell (1)

Thailand Masters Qualifiers

Mario Whermann

1998


24

Mehmet Husnu (1)

China International Qualifiers

Eddie Barker

1998


25

Jason Prince (1)

British Open Qualifiers

Ian Brumby

1999


26

Ronnie O’Sullivan (2)

Regal Welsh

James Wattana

1999

Video

27

Stuart Bingham (1)

UK Tour

Barry Hawkins

1999


28

Nick Dyson (1)

UK Tour

Adrian Gunnell

1999


29

Graeme Dott (1)

British Open

David Roe

1999


30

Stephen Hendry (6)

British Open

Peter Ebdon

1999

Video

31

Barry Pinches (1)

Regal Welsh

Joe Johnson

1999


32

Ronnie O’Sullivan (3)

Grand Prix

Graeme Dott

1999

Video

33

Karl Burrows (1)

Benson & Hedges Championship

Adrian Rosa

1999


34

Stephen Hendry (7)

UK Championship

Paul Wykes

1999

Video

35

John Higgins (1)

Nations Cup

Dennis Taylor

2000

Video

36

John Higgins (2)

Benson & Hedges Irish Masters

Jimmy White

2000

Video

37

Stephen Maguire (1)

Regal Scottish

Phaitoon Phonbun

2000


38

Ronnie O’Sullivan (4)

Regal Scottish

Quinten Hann

2000

Video

39

Marco Fu (1)

Regal Masters

Ken Doherty

2000


40

David McLellan (1)

2000 B&H Championship

Steve Meakin

2000


41

Nick Dyson (1)

2000 UK Championship

Robert Milkins

2000


42

Stephen Hendry (8)

Malta Grand Prix

Mark Williams

2001


43

Ronnie O’Sullivan (5)

LG Cup

Drew Henry

2001

Video

44

Shaun Murphy (1)

B&H Championship

Adrian Rosa

2001


45

Tony Drago (1)

B&H Championship

Stuart Bingham

2002


46

Ronnie O’Sullivan (6)

Embassy World Championship

Marco Fu

2003

Video

47

John Higgins (3)

LG Cup

Mark Williams

2003

Video

48

John Higgins (4)

British Open

Michael Judge

2003

Video

49

John Higgins (5)

Grand Prix

Ricky Walden

2004

Video

50

David Gray (1)

UK Championship

Mark Selby

2004


51

Mark Williams (1)

Embassy World Championship

Robert Milkins

2005

Video

52

Stuart Bingham (2)

Masters Qualifying

Marcus Campbell

2005


53

Robert Milkins (1)

888.com World Championship

Mark Selby

2006


54

Jamie Cope (1)

Royal London Watches Grand Prix

Michael Holt

2006


55

Ding Junhui (1)

Saga Masters

Anthony Hamilton

2007

Video

56

Andrew Higginson (1)

Welsh Open

Ali Carter

2007

Video

57

Jamie Burnett (1)

Royal London Watches Grand Prix

Liu Song

2007


58

Tom Ford (1)

Royal London Watches Grand Prix

Steve Davis

2007


59

Ronnie O’Sullivan (7)

Northern Ireland Trophy

Ali Carter

2007

Video

60

Ronnie O’Sullivan (8)

Maplin UK Championship

Mark Selby

2007

Video

61

Stephen Maguire (2)

China Open

Ryan Day

2008

Video

62

Ronnie O’Sullivan (9)

888.com World Championship

Mark Williams

2008

Video

63

Ali Carter (1)

888.com World Championship

Peter Ebdon

2008

Video

64

Jamie Cope (2)

Shanghai Masters

Mark Williams

2008

Video

65

Liang Wenbo (1)

Bahrain Championship

Martin Gould

2008


66

Marcus Campbell (1)

Bahrain Championship

Ahmed Al Khusaibi

2008

Video

67

Ding Junhui (2)

Maplin UK Championship

John Higgins

2008

Video

68

Stephen Hendry (9)

Betfred.com World Championship

Shaun Murphy

2009

Video

69

Mark Selby (1)

Jiangsu Classic

Joe Perry

2009

Video

70

Neil Robertson (1)

China Open

Peter Ebdon

2010

Video

71

Kurt Maflin (1)

Star Xing Pai PTC1

Michal Zielinski

2010


72

Barry Hawkins (1)

Star Xing Pai PTC3

James McGouran

2010


73

Ronnie O’Sullivan (10)

World Open

Mark King

2010

Video

74

Thanawat Thirapongpaiboon (1)

EPTC3

Barry Hawkins

2010


75

Mark Williams (2)

EPTC3

Diana Schuler

2010

Video

76

Rory McLeod (1)

EPTC6

Issara Kachaiwong

2010


77

Stephen Hendry (10)

Welsh Open

Stephen Maguire

2011

Video

78

Ronnie O’Sullivan (11)

PTC4

Adam Duffy

2011

Video

79

Mike Dunn (1)

German Masters

Kurt Maflin

2011


80

David Gray (2)

PTC10

Robbie Williams

2011


81

Ricky Walden (1)

PTC10

Gareth Allen

2011


82

Matthew Stevens (1)

PTC12

Michael Wasley

2011


83

Ding Junhui (3)

PTC12

Brandon Winstone

2011


84

Ding Junhui (4)

PTC11

James Cahill

2011

Video

85

Jamie Cope (3)

PTC11

Kurt Maflin

2011


86

Marco Fu (2)

Haikou World Open Qualifiers

Matt Selt

2012

Video

87

Robert Milkins (2)

World Championship Qualifiers

Xiao Guodong

2012

Video

88

Stephen Hendry (11)

World Championship

Stuart Bingham

2012

Video

89

Stuart Bingham (3)

Wuxi Classic

Ricky Walden

2012

Video

90

Ken Doherty (1)

ET1

Julian Treiber

2012


91

John Higgins (6)

Shanghai Masters

Judd Trump

2012

Video

92

Tom Ford (2)

ET4

Matthew Stevens

2012


93

Andy Hicks (2)

UK Championship qualifiers

Daniel Wells

2012


94

Jack Lisowski (1)

UK Championship qualifiers

Chen Zhe

2012


95

John Higgins (7)

UK Championship

Mark Davis

2012

Video

96

Kurt Maflin (2)

ET5

Stuart Carrington

2012


97

Ding Junhui (5)

PTC Grand Finals

Mark Allen

2013

Video

98

Histoire du 147




Video

2012 revue et corrigée.

samedi 5 janvier 2013 17:44:22 Europe/Berlin

Passer en revue 2012 n'est pas chose facile..

Il est toujours bon de faire le point sur une année qui vient de se terminer, c'est comme se remémorer une année scolaire, avec les bons, et les mauvais points... C'est une tradition.

On regarde, commente, on se dit que l'année prochaine il faudra faire mieux, et que nos espoirs deviendront réalité... Revenons donc, sur les principaux événements qui se sont produits au cours de cette belle année 2012 !

Il faut dire que 2012 a été définitivement une année brillante pour le billard et le snooker. Nous avons eu plus de tournois que jamais auparavant et donc, plus de surprises. Nous avons eu des drames, des scandales et de grandes victoires ! Et dans l'ensemble, certainement l'une des années les plus riches dans l'histoire du snooker.

Saison 2011/2012, janvier : a commencé avec l'un des plus prestigieux tournoi de snooker - «  The Masters »

Heureux, à l'Alexandra Palace, Robertson Neil après avoir redonné ses lettres de noblesse à cet endroit magique, en ayant remporté par une brillante victoire 10-6 contre Shaun Murphy, les Masters 2012. Très belle image de Robertson et son petit garçon aux cheveux bouclés, qui accompagne son père devant le tapis de la victoire. Probablement l'une des plus regardée de l'année, étant donné cette réputation que les joueurs de billard ont, connus pour garder leur vie privée bien loin des photographes et caméras.

Neil Robertson avec son enfant, savourant sa victoire !

Février nous amène les deux premiers principaux événements de l'année dans le feu des projecteurs: les Masters allemands et l' Open du Pays de Galles.

Nous avons vu Ronnie O'Sullivan se battre pour retrouver sa position en haut de l'échelle, qu'il a si facilement obtenu pendant des années, et l'occasion de le faire dans un match contre Stephen Maguire, terminé sur un 9-7 final. C'est au cours de ce tournoi qui O'Sullivan a révélé qu'il souffrait de fièvre glandulaire, une maladie cruelle qui au fil des ans a porté atteinte plus d'une fois à sa vie professionnelle et privée.

L' Open du Pays de Galles a été marqué par un nom chinois : Ding Junhui, qui bat Mark Selby 9-6. Une belle fin, effaçant ce début de saison qui n'était pas extraordinaire , et qui a donc réjouit les fans du monde entier.

Ce tout nouveau tournoi organisé à Haikou ( Chine ) en Mars s'est vu remporté par le Nord-Irlandais Mark Allen. après une victoire 10-1 contre Stephen Lee... L'une des finales les plus creusée de tous les temps.

Cependant, Lee remporte seulement quelques jours plus tard la finale du Championnat Players par un écrasant 4-0 contre Neil Robertson.

En Extrême-Orient, l'Open de Chine a marqué le renouveau de Peter Ebdon, gagnant après une éprouvant et très longue finale 9-10 contre Stephen Maguire.

Au début du mois de mai, la couronne des Championnats du Monde a été soigneusement mise sur la tête de Ronnie O'Sullivan, battant Ali Carter 18-11, et ainsi, saisissant son quatrième titre mondial. Il a ensuite rapidement annoncé qu'il allait prendre six mois de vacances, tout en affirmant qu'il ne renonçait pas au snooker pour l'instant.

Ronnie, dernière victore ?

Probablement pas la meilleure fin de saison, mais clairement une très honorable.

La saison 2012/2013 a fait ses débuts avec ses traditionnels tours de qualification, mais dès Juin, les champions étaient prêts à dépoussiérer leurs queues et se remettre au travail !

Ricky Walden a marqué le Wuxi Classic, qui, depuis 2008 (quand il a battu O'Sullivan au Master de Shanghai) attendait sa victoire, et son trophée manquant !

Walden a battu Stuart Bingham 10-4. Un jeu incroyable qui nous promettait déjà une saison remarquable de snooker.

La deuxième édition de L'Open d'Australie a mis Barry Hawkins sous les projecteurs, après avoir remporté au début de l'année le non traditionnel le tournoi ''Shoot-Out à Blackpool'', cette fois-ci, remporte une victoire de 9-3 sur Peter Ebdon et un trophée bien mérité.

En Septembre un match rempli de tensions a eu lieu en Chine, aux Masters de Shanghai. Les vedettes de la finale : John Higgins et Judd Trump. Ces deux rivaux avaient déjà beaucoup fait parlé pendant les Championnats du Monde 2011.. et nous pouvons maintenant en dire autant avec ce championnat.

Higgins a réussi à revenir d'un 7-2, à une victoire contre Trump 10-9. Mettant un terme à une son horrible saison.

John Higgins fait toujours parler de lui !

Triste nouvelle en novembre : le retrait de Ronnie O'Sullivan a partir de cette saison de snooker, le joueur invoquant des «raisons personnelles». Cela signifie qu'il ne serait pas en mesure de défendre son titre mondial.

Le dernier événement principal de l'année 2012 a été le retour de Mark Selby sur le podium, le joueur de Leicester a remporté le championnat britannique 10-6 en jouant contre un vieil ami, Shaun Murphy … mais c'était en Avril.

Il est facile de conclure que nous avons eu une année 2012 très chargée et nous pouvons supposer que 2013 apportera encore plus de tournois, de rebondissements, de victoires et de défaites, mais plus important encore... Nous aurons toujours ce frisson magique, de voir ces boules colorées roulant vers le bas du tapis vert...

De notre côté, l'année s'est parfaitement déroulée. Nous avons, comme les années précédentes, fait de notre mieux pour vous satisfaire : donner l'envie aux débutants et combler les passionnés. Nous mettons en oeuvre tout notre savoir-faire pour ne jamais décevoir, et espérons que nos efforts vous ont été profitables.

Nous vous souhaitons, à toutes et à tous, une excellente et belle année 2013.

4 article(s)