Ronnie O'Sullivan, le snooker dans la peau.

Il reste sur une relative contre-performance lors du dernier Championnat de Chine durant lequel il a perdu en quart de finale par 5 frames à 4, après avoir mené 4-1, contre le jeune belge, et futur vainqueur de l'épreuve Luca Brecel, mais Ronnie O'Sullivan n'en demeure pas moins l'une des figures incontournables dans le monde du snooker. Tous les passionnés connaissent celui que l'on surnomme The Rocket ('la fusée') pour son jeu rapide et instinctif. Mais aussi parce qu'il a la particularité d'être ambidextre, plutôt utile suivant la position du jeu et un peu caractériel, ses sauts d’humeur sont légendaires ! Un sacré personnage...
 
Ronnie O'Sullivan en pleine réflexion
 

Des débuts plus que prometteurs.

Comme bon nombre de grands joueurs de l'histoire du snooker, Ronnie O'Sullivan a très tôt montré de sérieuses dispositions. A tout juste dix ans, en 1985, il score son premier century avec un break de 117 points. Passé professionnel à 16 ans, il va immédiatement marquer l'histoire de son sport en remportant ses 38 premières confrontations dans le monde pro, un record qu'il détient toujours aujourd'hui. Dès 1993 il est qualifié pour participer aux championnats du monde et il inscrit, à seulement 17 ans, son nom au palmarès du Championnat du Royaume-Uni. La fusée était alors lancée vers une carrière durant laquelle il va accumuler les titres et régulièrement truster la place tant convoitée de n°1 mondial.

Un 7ème masters de snooker en début d'année.

Jusqu'en 2016, c'est l'écossais Stephen Hendry qui détenait, avec six titres, le record de victoires au Masters, le tournoi que tout joueur pro de snooker rêve de gagner un jour. Et puis Ronnie O'Sullivan a connu deux années fastes qui l'ont vu gagner ce prestigieux tournoi en 2016 et 2017, pour porter son total de victoires à 7, un record absolu qui le place tout en haut de l'histoire du sport. Si à 41 ans il n'occupe plus que la 13ème place mondial, il reste dans l'esprit de tous l'un des compétiteurs capables de gagner n'importe quel tournoi.

Un grand champion doublé d'un personnage attachant.

Si pour beaucoup il fait partie des joueurs les plus doués de l'histoire, il doit aussi sa forte cote de popularité à un tempérament bien trempé. Certains parleraient même de foutu caractère, en effet Ronnie la fusée a à maintes reprises été condamné à des amendes et des retraits de points par les instances officielles pour son comportement parfois limite. Il lui est par exemple arrivé de quitter une partie subitement après avoir manqué un coup difficile en quart de finale du Championnat du Royaume-Uni. Il est également familier des conférences de presse provocantes, quand il daigne s'y rendre. Ce qui se cache derrière tout ça, il l'a lui-même révélé durant un talk-show sur une chaîne anglaise, c'est une certaine tendance à la dépression et aux abus en tous genres. Mi-gentlemen, mi-bad boy, Ronnie O'Sullivan est décidément un joueur hors norme !

Luca Brecel intègre le top 15 mondial en remportant le championnat de Chine de snooker.

Cela fait plusieurs années que de nombreux observateurs avisés le considèrent comme l'un des futurs grands noms du snooker mondial. Il faut dire que ce jeune belge né en 1995 a commencé a faire parler de lui dès l'âge de 14 ans. Il remporte en effet en 2009 le Champion d'Europe des moins de 19 ans et bat le record du plus jeune lauréat. La même année, il participe à Fürth en Allemagne au Paul Hunter Classic et réussit un exploit en dominant le numéro 12 mondial de l'époque, Joe Perry. Et 2010 le voit s'imposer sur la scène nationale puisqu'il devient le plus jeune Champion de Belgique de l'histoire. Il n'y a plus de doute, sa carrière est lancée et il passe professionnel en 2011.

Des débuts chez les pros en demi-teinte.

Pas évident de se faire une place parmi les cadors du circuit, Luca Brecel connaît de nombreuses désillusions durant la saison 2011-2012. Mais sa persévérance finit par payer et il parvient à se hisser dans le groupe des finalistes pour les championnats du monde. Une fois de plus, il inscrit son nom dans l'histoire puisqu'il a alors tout juste 17 ans.

Une première finale perdue.

Quatre années durant, il va faire ses armes en se confrontant aux meilleurs. La confirmation de son étoffe de champion aurait pu arriver plus tôt puisqu'il se retrouve en finale du German Masters 2016. Il échoue malheureusement face à l'Anglais Martin Gould qui l'emporte 9 à 5. Cela reste une superbe performance pour Luca qui grâce à ce résultat fait un bond à la 27ème place au classement mondial et emmagasine la confiance nécessaire aux grands champions de snooker.
 
Luca Brecel fait désormais partie des 15 meilleurs joueurs du monde
 

2017, première grande victoire.

S'il y a une date qui reste gravée dans la mémoire de tous les grands joueurs de snooker, c'est certainement le jour où il remporte pour la première fois un tournoi ranking, et pour Luca il s'agit du 22 août 2017. A seulement 22 ans, il inscrit son nom tout en haut du palmarès du Championnat de Chine. Si son quart de finale avait mal commencé contre l'immense Ronnie O'Sullivan qui semblait filer vers la victoire avec 4 frames à 1, il retourne le match et fait preuve d'un sang froid exceptionnel pour enchaîner 4 manches de suite. Dès lors plus rien ne pouvait l'arrêter, ni le favori local Li-Hang, ni l'Anglais Shaun Murphy, 8ème mondial, qu'il domine assez nettement en finale 10 frames à 5 . Avec à la clé un joli chèque de 164.000 euros et une place de 15ème mondial. Il y a fort à parier que Luca Brecel va rapidement refaire parler de lui.

Pierre Dubois, un français passionné de carrom.

Si vous vous intéressez au billard indien, vous connaissez forcément Pierre Dubois puisque c'est la figure n°1 de ce jeu en France. Lors des masters 2017 qui se sont déroulés à Toulouse au début du mois de juillet, il est devenu champion de France pour la 5ème fois consécutive. Cela lui garantit donc de participer à l'ensemble des compétitions majeures, car l'équipe nationale qui défend les chances françaises lors des tournois est composée des 4 premiers hommes et femmes au classement annuel. Chaque année se tient la Coupe d’Europe tandis que la Coupe du Monde, le Championnat du Monde, la Coupe de la Fédération Internationale et l'Open International n'ont lieu que tous les 4 ans.

Une fédération dynamique.

C'est en 1998 que des passionnés du billard indien fondèrent la Fédération française de Carrom, alors que ce jeu fut importé en Europe dès les années 60 par des Suisses. Bien sûr, ce jeu reste confidentiel dans l'hexagone, surtout comparé à l'Inde qui compte pas moins de 22 millions de licenciés ce qui en fait le deuxième loisir national derrière le cricket. Mais l'équipe de la Fédération Française a su faire preuve d'un grand professionnalisme ce qui lui a permis d'organiser, pour la première fois hors d'Asie, les Championnats du Monde de Carrom à l'occasion du Festival International des Jeux de Cannes en 2008. N'hésitez pas à consulter le site de la Fédération Française de Carrom pour trouver un club près de chez vous.
Le carrom est le deuxième sport national en Inde

Le parcours de Pierre Dubois.

C'est à un âge où la plupart des petits Français jouent aux figurines et aux billes que Pierre découvrit le billard indien. Il raconte sur son site web que lorsqu'il eut 8 ans, sa famille partit s'installer à Pondichéry et qu'il commença à jouer très souvent avec son frère. Cette passion ne le quittera plus et il profitera de ses années d'étudiant pour s'entraîner assidûment, Pierre Dubois parle de 35 heures de pratique hebdomadaire. Il obtient son premier titre de champion de France en simple et en double en 2005 et devient le plus jeune Champion d’Europe de l'histoire en 2006. La même l'année il termine 21ème sur 120 à la Coupe du Monde à New Dehli après avoir effectué un stage avec un grand maître indien.
Le carrom, un jeu d'adresse et de stratégie passionnant

Ses meilleures performances.

Décidé à s'installer durablement parmi les meilleurs joueurs du monde, Pierre Dubois s'entraîne sans relâche ce qui lui vaudra de terminer 11ème de la Coupe Du Monde 2014 organisée aux Maldives et 8ème à la  Coupe de la Fédération Internationale à Delhi et 5ème aux Championnats du Monde à Birmingham. Une progression régulière qui le mènera peut-être un jour vers le titre suprême. Mais n'oubliez pas que le billard indien c'est aussi un jeu de table très accessible à pratiquer en famille. Quelques parties suffisent pour se familiariser avec les règles du carrom.

Le billard artistique, un authentique spectacle proposé par des virtuoses.

Pour la plupart des pratiquants, le billard c'est une partie qui oppose deux joueurs avec des règles strictes et un gagnant à la fin. Mais il existe aussi une version beaucoup plus originale qui consiste à inventer des coups, ou plutôt des 'tricks', toujours plus incroyables. Bille qui saute au-dessus d'un obstacle, coup joué sur une bille en mouvement, enchaînement de coups à des vitesses record... La seule limite est l'imagination des artistes du billard qui se produisent en spectacle et publient les vidéos de leurs exploits sur internet.
Un coup sauté

Florian Kholer, une légende du billard artistique.

Cet alsacien de 29 ans a parcouru le monde entier grâce à son incomparable talent. Sa créativité semble sans limites et son incroyable dextérité technique lui permet d'envisager les coups les plus fous. Il a littéralement porté le billard artistique à un autre niveau. Ce n'est pourtant qu'après l'obtention de son baccalauréat qu'il débuta le billard. En quelques années seulement il impose son style et se fait repérer par un producteur qui lui permet de réaliser un DVD qui connaîtra un succès retentissant dans le monde du billard. Sa carrière est alors lancée et rien ne peut plus l'arrêter. Florian Kholer est aujourd'hui une véritable star qui voyage aux quatre coins du monde.
Florian Kholer, un virtuose du billard
Source : www.flixxy.com

Les records de Florian Kholer.

Plus de mille nouveaux coups créés, c'est l'un des records les plus significatifs pour prendre la mesure de son talent. Il détient également le record de hauteur sur une boule en mouvement avec un peu plus de 58 cm, et le record de billes de billard empochées au-dessus d'un obstacle en 1 minute avec un score de 68. Un seul conseil, si vous aimez le billard et que vous avez l'occasion d'assister à une de ses performances, précipitez-vous !

Le billard artistique en compétition.

Il ne faut pas oublier de préciser qu'il existe aussi une version plus classique du billard artistique qui voit s'opposer deux joueurs sous l'oeil de juges. Ils doivent reproduire des figures imposées, chacune d'elles se voyant attribuer un nombre de points en fonction de sa difficulté. Les juges ont également leur mot à dire puisqu'ils vont départager les joueurs en désignant celui qui exécute le mieux la figure. Si ce sport n'est pas très connu par rapport au snooker ou au billard français, il existe tout de même des championnats de France et des championnats du monde. C'est une discipline qui requiert une excellente maîtrise technique puisque les figures nécessitent généralement de produire des effets complexes tout en étant ultra précis. L'une des grandes figures du billard artistique en France est incontestablement Jean Reverchon. Ce membre du club de Morangis a remporté à plusieurs reprises le titre de champion du monde, de champion d'Europe et de champion de France.
Jean Reverchon prépare un coup massé.

Michael Van Gerwen est en train de construire le plus beau palmarès de l'histoire des fléchettes.

Tous ceux qui s'intéressent aux compétitions de fléchettes connaissent « Mighty Mike ». C'est le surnom de Michael Van Gerwen, un joueur professionnel hollandais âgé de 28 ans pour qui les règles des fléchettes n'ont pas de secret puisqu'il règne en maître sur la discipline depuis maintenant trois ans. Et si vous faites partie des fans de ce joueur attachant au tempérament de feu, vous savez déjà qu'il entre sur le pas de tir au son de Seven Nation Army des White Stripes et qu'il utilise des fléchettes de 23 grammes pour terrasser ses adversaires.
Michael Van Gerwen : le Zidane des fléchettes est hollandais.

Un champion précoce.

Il débute les fléchettes dès l'âge de treize ans et gagne son premier tournoi World Masters à l'âge de 17 ans. Il s'agissait alors de l'Open de Norvège organisé par la British Darts Organization. Ce fut son premier fait d'armes et un record qui tient toujours dans l'histoire des fléchettes. Mais il ne s'arrête pas là puisque l'année suivante il marque les esprits en réalisant son premier nine-dart finish télévisé, neuf fléchettes pour réaliser les 501 points, la combinaison parfaite pour vaincre son compatriote Raymond Van Barneveld au Masters of Darts. Sa carrière semblait alors parfaitement lancée mais il lui faudra pourtant attendre encore quelques années pour passer du rang de joueur professionnel talentueux à star des fléchettes.
Aucun titre n'échappe à Michael Van Gerwen.

Champion du monde PDC et numéro un mondial.

C'est en 2012 qu'il parvient enfin à s'imposer parmi les meilleurs mondiaux en accédant au rang de n°4 mondial grâce à une grande régularité. En 2013 il gagne son premier titre PDC majeur et accède à la finale du Championnat du monde. L'année suivante, à seulement 24 ans, il devient le plus jeune champion du monde PDC de l'histoire. Pourquoi Michael Van Gerwen est-il d'ores et déjà considéré comme une légende vivant dans son sport ? Tout simplement parce qu'il a remporté au cours de sa carrière tous les titres majeurs sans exception. Après cinq années consécutives en tête de la Premier League, il est au sommet de son art en 2017 puisqu'il est actuellement champion du monde PDC en titre et qu'il occupe le rang de n°1 mondial sur l'ensemble de la saison. Quand on sait que « Mighty Mike » n'a que 28 ans, on peut se demander s'il n'est pas sur la voie pour marquer à tout jamais l'histoire des fléchettes.