Du 27 mars au 2 avril 2017 se déroule au Gymnase des étudiants de l'Université de Pékin, l'Open de Chine de snooker qui réunit les meilleurs joueurs de la planète. Tous auront pour ambition de succéder à Judd Trump.

Open de Chine de snooker 2017

En Chine, Trump sera l'homme à abattre. Rassurez-vous, il n'est pas question ici de politique, mais simplement de snooker. Les meilleurs joueurs de cette variante du billard auront pour objectif de succéder à Judd Trump, vainqueur de la précédente édition. L'an passé, l'Anglais l'emportait en finale contre son compatriote Ricky Walden (10-4) pour s'adjuger le deuxième Open de Chine de sa carrière (2011, 2016). Trump sera encore une fois cette année l'un des favoris à sa propre succession, d'autant qu'il vient de remporter le Players Championship. Un triomphe qui lui permet d'être aujourd'hui le numéro 2 mondial.

 

Judd Trump vainqueur de l’Open de Chine de snooker 2016

Source photo : http://www.worldsnooker.com/

Selby, O'Sullivan et Junhui principaux prétendants

Champion du monde en titre et numéro 1 mondial, Mark Selby est logiquement l'un des favoris des bookmakers, au même titre que Ronnie O'Sullivan, le quintuple champion du monde de snooker. Pour rivaliser face à ce trio d'Anglais, le mieux placé est sans doute la star locale, le Chinois Ding Junhui. Déjà double vainqueur de l'épreuve (2005, 2014) et finaliste du dernier Mondial, Junhui devrait être comme un poisson dans l'eau devant son public et tentera de briguer une troisième couronne.

 

Mark Selby : champion du monde et numéro 1 mondial de snooker Ronnie O’Sullivan : quintuple champion du monde de snooker Ding Junhui : finaliste du Mondial 2016 de snooker

 

Parmi les gros outsiders, l'Anglais Shaun Murphy, qui a remporté l'Open de Gibraltar au début du mois de mars, en venant à bout en finale de Trump (4-2), a sa carte à jouer. Sans oublier l’Écossais John Higgins, quadruple champion du monde et récent vainqueur de la Championship League.

Shaun Murphy vainqueur de l’Open de Gibraltar 2017 de snooker John Higgins : quadruple champion du monde de snooker

 

À Pékin, 64 joueurs partent à la conquête des 85 000 £ promises aux vainqueurs pour une dotation totale de 510 000 £. Le nom du vainqueur de l'Open de Chine 2017 se trouve sans doute un peu plus haut, à moins qu'une grosse surprise ne vienne bousculer l’ordre établi !

Sources photos : DerHexer, Wikimedia/ Benutzer:Bill da Flute, Ian Walton/Getty Images Europe

Découvrez d’autres façons de jouer au billard dans le monde

Si les plus connus restent les billard anglais, américain ou français, il faut savoir que d’autres règles du jeu se pratiquent de par le monde ! Certains, sur des supports identiques ou très voisins des tables que nous connaissons, agrémentent le jeu avec des quilles – plus ou moins grandes selon les pays – pour compliquer encore un peu plus la tâche. Pour d’autres, ce sont les tables qui changent complètement, et on ne joue pas avec des billes, mais avec des palets. Petit tour d’horizon des pratiques du billard, avec quelques règles à adopter pour varier les plaisirs !

le billard russe c’est beau et le jeu est particulièrement prenant

Egalement appelé billard de Barre, ce jeu aurait été inventé au XVIe siècle pour amuser les tsars. Les règles du jeu sont très intéressantes puisqu’elles intègrent des quilles, qu’il ne faut pas toucher dans la plupart des cas sous peine de voir ses points accumulés disparaître en un seul coup. Ce jeu comporte 7 grosses boules blanches et une rouge, et la table dispose de 9 trous. En Finlande, on joue au Kaisa (ou Karoliina), qui est une variante du billard russe.

Le billard italien : une règle du jeu simple

Celui-ci est très prisé en Italie, mais également en Amérique latine. Il est une variante du billard français ; des quilles très petites cette fois-ci (25mm) sont placées en « château », c’est à dire en forme de croix et l’on joue avec trois boules. La règle du jeu est simple, (vous pouvez la consulter sur ce blog très intéressant : http://histoire.maillots.free.fr/divers/billard.html

Source : http://histoire.maillots.free.fr

 

Le Carrom, le billard indien le plus connu

On parle de billard indien, mais finalement, rien n’est moins sûr quant à son origine exacte. Néanmoins, ce jeu très populaire en France (la fédération Française de Carrom est apparue en 1998), continue à passionner les joueurs asiatiques et indiens. Un plateau en bois facilement transportable et d’ailleurs très joli ; et c’est d’ailleurs peut-être ce qui contribue également à son succès occidental. Il se joue à deux ou à quatre, et il faut mettre les palets dans les trous avant son adversaire. Là aussi, une variante de ce « billard indien » a vu le jour, elle vient du Japon, il s’agit du billard japonais.


Source : http://abonneecole.canalblog.com

Sans oublier le billard hollandais, le billard Nicolas ou encore le Shuffle Puck.

Blackball : de futurs champions prometteurs

Le Blackball est tout simplement l’autre appellation du billard anglais ou encore du 8 Pool. C’est le billard le plus pratiqué en jeu de loisirs, dans les pubs ou les sous-sols de particuliers amateurs, et celui dont les règles sont parfois interprétées de façon assez farfelues ! Mais il faut savoir que des tournois nationaux et internationaux sont organisés, et que de jeunes compétiteurs très prometteurs de moins de 23 ans, forts d’un palmarès déjà conséquent sont en passe d’intégrer le circuit professionnel, l’IPA (International Professional Pool Association) qui récompense les meilleurs joueurs de billard anglais entre autres.

 


Source : http://www.open-mag.fr

 

De jeunes français qui vont loin au blackball

Le premier s’appelle Théo Dumont, à tout juste 18 ans, il repart vainqueur du premier Tournoi National catégorie Espoirs de la saison 2016/2017, se voyant donc titulaire de deux titres mondiaux chez les moins de 18 ans. Puis l’on retrouve Kévin Lelong, aussi passionné de cyclisme que de billard, qui a remporté de nombreux prix et qui s’est qualifié dans nombre de tournois. Mais aussi : François Herreman, Nathan Rebier, Mathieu Wagon, Mickaël Sturmat ou encore Maxime Cauchon qui a décroché l’été dernier un titre au championnat de France. Gwendall Lebon, ce rennais qui à juste 21 ans détient déjà un palmarès hors du commun : trois fois champion de France, une fois champion d’Europe, vainqueur de deux open AFEBAS en 2012 et membre de l’équipe de France de 2012 à 2014 ; de quoi donner le vertige… Bref, autant de noms de jeunes espoirs qui représentent la France et qui à leur tour, comme actuellement le très talentueux Christophe Lambert, conduiront une carrière exemplaire. Mais c’est aussi Levent Afyon et Julien Leroux qui ont fait chanter les supporters français en Octobre dernier en ramenant deux médailles – bronze et argent – du championnat du monde de Blackball qui a eu lieu en Irlande. Un parcours fragile quand on sait qu’on ne vit pas du billard même quand on est un champion.

 


Source : https://www.ffbillard.com

 

Préparez-vous à la compétition de billard

Tous ces jeunes espoirs invitent à se pencher un peu plus vers les différents tournois et compétitions qui se déroulent en France. Alors n’hésitez pas à vous rendre directement sur le site de la Fédération Française de Billard (ou cliquez directement sur ce lien) ; vous découvrirez des bretons très investis dans la compétition, avec la Coupe de France de Blackball 2017 à Veyre Monton en ligne de mire. En attendant ces championnats prometteurs, n’oubliez pas de continuer à affiner votre jeu, entraînez-vous au blackball et inspirez-vous des champions !

 


Source : http://www.lebillardenimage.com

Le baby-foot au cœur des tournois et compétitions

En vue de satisfaire les fans de babyfoot et surtout les amateurs de football de table, la fédération française de football de table organise des tournois et des compétitions où sont conviés pratiquants et supporters. Comme dans tout type de sport, certains joueurs se démarquent. Toutefois, l’essentiel est de participer tout en s’amusant.

Babyfoot : focus sur les leaders nationaux

Le nombre de joueurs ayant obtenu leur licence ffft pour la saison 2016-2017 témoigne une fois de plus de l’engouement que les sportifs portent pour cette discipline. Ces joueurs appartiennent à différents clubs et ligues comme :

  • - Les Coyotes-Asevry FT
  • - Football de Table Montreuillois
  • - Rhône Sportif Football de Table
  • - Nantes Football de Table

 

Grâce aux titres qu’ils ont remportés sur table Bonzini, des joueurs de l’équipe nationale masculine figurent dans la liste de ceux qui ont reçu un tableau d’honneur, à l’instar de Miguel Dos Santos Lote et Gaël Lagrange. Miguel Dos Santos appartenant au club de babyfoot de Montreuil, a conservé son titre de numéro un mondial dans la catégorie des individuels plusieurs années de suite. En mai 2014 par exemple, il a tenu tête à Sven Wonsfield originaire du Danemark et l’un des meilleurs dans sa catégorie et son club. Il a été triple champion de France double senior en 1998, 2000 et 2003, champion de France en 2002, de 2004 à 2008 puis en 2011. Il rejoint le Club Evry et est à nouveau champion de France en 2014.

D’autre part, Gaël Lagrange, à 39 ans a connu le football de table à 16 ans ce qui explique ses performances. Il a intégré le club de Toulouse à ses débuts et à fréquenté d’autres clubs comme ceux de Montauban, Nantes, Bordeaux et Evry. Au niveau palmarès, il a remporté le Championnat de France des Clubs avec le club de Marseille en 2001. Il fut également le vainqueur d’une étape mondiale en 2012 en jouant dans la catégorie double senior. Il a également été sélectionné durant plusieurs années consécutives pour figurer dans l’équipe nationale en 1998, de 2002 à 2005 et de 2008 à 2014.

La FFFT leur a décerné un tableau d’honneur pour leurs performances remarquables. Pour recevoir un tableau d’honneur, ces joueurs ont remporté au moins cinq titres sur table Bonzini.

Parmi l’équipe nationale féminine figure Estelle Jacquot, une joueuse ayant gagné un tableau d’honneur et un prix du mérite sportif en 2013. Revenons un peu sur son parcours de joueuse expérimentée. Estelle Jacquot est une assistante sociale qui se démarque dans le babyfoot, qu'elle a commencé à pratiquer dès l’âge de six ans. Elle a été plusieurs fois sélectionnée en équipe de France et a remporté les meilleures places dans sa catégorie, à savoir une victoire en double féminin en 2012.

babyfoot Bonzini compétition
Babyfoot : les différents tournois et compétitions

Tous les ans, plusieurs tournois baby foot et compétitions sont organisés par la Fédération de jeu de baby foot. Pour l’année 2017 par exemple, quelques évènements qu’il ne faut manquer sous aucun prétexte pour les fans : Les plus proches se disputeront les 5, 10 et 11 février à Versailles, Saint Herblain, Sennecey-le-Grand et Toulouse.

En fin d'année, d’autres tournois vont être disputés à partir du mois de septembre et s’étendent jusqu’au mois de novembre. Sennecey-le-Grand, Montreuil sur Mer et St Aignan de Grandlieu vont accueillir ces évènements très attendus par les joueurs et les fans. Par ailleurs, le championnat de France de baby foot, se déroulera à Saint-Herblain les 2 et 3 décembre 2017.

 

En 2016, le championnat de France de baby foot s’est déroulé le 4 et 5 juin en Individuel. Quelques joueurs se sont démarqués dans la catégorie Simple masculin, comme Cédric Musset (Elite/Pro-Elite), Kevin Grange (A/B), Vedran Novakovic (C), Yoann Sicot (Simple junior) et Martial Bochet (Simple Vétéran). Par ailleurs, Cindérella Poidevin a fait sensation dans la catégorie Simple féminin.

Le Championnat de France des Clubs de 2016 s’est déroulé les 23 et 24 avril avec la participation dans le Groupe A D’Evry Les Coyotes, Issy Les MX, Association Sportive de Baby-Foot Marseille entre autres et Bordeaux US Chartrons, Hoenheim, Montpellier, Football de Table Montreuillois dans le Groupe B.

En outre, aux dernières nouvelles, le classement des clubs affiche Evry au premier rang avec 5368 points. Montreuil sur Mer suit avec 4047 points et Villeurbanne qui occupe la troisième place avec 3761 points.

Championnat du monde de baby foot

La France a eu le privilège d’accueillir durant quatre jours, la coupe du monde de baby foot. L’évènement a regroupé plus de 10 000 spectateurs avec 1700 participants. Le résultat de ce championnat du monde a été sans surprise si l’on se réfère aux performances de ces quelques joueurs qui ont remporté la victoire dans leur catégorie respective. Pour l’Open Single, Estelle Jacquot s’est placée à la première place et Billy Pappas et Frédéric Collignon ont remporté l’Open Double. La France a obtenu la première place dans la catégorie des Open Double féminines grâce à la performance d’Estelle Jacquot, encore et toujours , et Malika Senouci. Dans la catégorie des Simple Pro, c'est Joaquim Pinheiro le champion du monde de baby foot 2016.

Moins médiatisés que le foot ou le rugby, les tournois et compétitions de football de table réunissent un grand nombre de fans et de professionnels qui méritent d'être reconnus. Les amateurs apprécieront de voir en scène les baby-foot Bonzini et autres marques renommées avec, peut être, l'envie secrète de participer eux aussi aux championnats du monde...

Compétition de babyfoot

Enregistrer

Ronnie et Stephen, le retour ....

Thursday 31 Aug 2017 10:49:00

Ronnie et Stephen, le retour ....

Que Ronnie revienne n'est pas surprenant : il part, revient, repart ... On est habitués !
Mais Stephen a quitté la compétition il y a 4 ans, (lors d'adieu émouvant) et tous pensaient, qu'en dehors de participer au Snooker Legends, on ne le reverrait plus en compétition officielle. Il reviendrait donc ? Ou, quand, comment ?
On vous raconte tout ci-dessous ...

Masters snooker tournament.

Ronnie O'Sullivan, 41 ans, 13e mondial, a remporté pour la septième fois de sa carrière, le Masters à Alexandra Palace de Londres le 22 Janvier 2017, avec une victoire de 10-7 sur son compatriote Joe Perry, 9e mondial, 42 ans, qui disputait la première grande finale de sa carrière. Ronnie détrône au nombre de victoires Stephen Hendry.

Stephen Hendry, avec six victoires, était le co-détenteur du nombre de victoires aux Masters (compétition comptant pour ce que les Anglais appellent les "3 majeurs") qu’il a remporté de 1989 à 1993 et en 1996.Ronnie O Sullivan
Ronnie O’Sullivan l’a emporté lui en 1995, 2005, 2007, 2009, 2014, 2016 et, donc, 2017. Il disputait sa 12e finale dans ce Masters et empoche une prime dédiée au vainqueur d’environ 230.000 euros.
Les deux légendes se sont peu croisées lors de cette compétition : la dernière victoire de Hendry date de  1996 (gagnée 10-5 contre Ronnie O'Sullivan !).

Cette compétition emblématique des Masters a été nommée ainsi en l’honneur de  Paul Hunter (dont le nom est d’ailleurs gravé sur la coupe) qui l’avait gagnée trois fois avant de disparaître tragiquement à l’âge de 27 ans, victime d’un cancer.

Le Master est le second plus grand évènement dans le monde du Snooker, après les Championnats du Monde, malgré qu’il ne rapporte pas de points (car il s’agit d’un tournoi sur invitation, réservé aux 16 meilleurs joueurs du Monde) mais est le mieux doté (200 000 £ pour le vainqueur). Les meilleurs joueurs du monde ont tous gagné au moins une fois cette compétition créée en 1975.

Le parcours de Perry, dans ce qui se trouve être le plus grand match de sa carrière, 26 ans après qu'il soit devenu professionnel en 1991, lui qui n’avait jamais atteint les ½ finales de cette compétition a été semé d’embûche : Stuart Bingham,  Ding Junhui  et Barry Hawkins (n° 12 mondial) en demi-finale. Ce dernier adversaire a été particulièrement coriace tellement sa soif de revanche était absolue : il a perdu la finale l’an dernier face à Ronnie sur le score de 10-1 : humiliation qu’il espérait faire oublier cette année. Mené 5-2, (avec une bille snookée on l’a vu prêt à se diriger vers Hawkins, assumant sa défaite et lui souhaitant bonne chance pour la finale), Perry a effectué une fabuleuse remontée pour conclure à 6-5.
Le parcours de Ronnie a été sans doute plus facile : Liang Wenbo, Neil Robertson et Marco Fu.

La finale a été assez surprenante : Ronnie qui n'a pas perdu face à son adversaire depuis 2008 (Perry n’a battu O’Sullivan que 2 fois en 15 rencontres), a eu beaucoup de mal à trouver son rythme ce qui a permis à Perry de mener 3-1 à la "mid-session interval". Peut-être le fait d’avoir joué avec un embout neuf, changé lors de la demi-finale contre Marco Fu : on sait que pour un joueur de snooker il faut plusieurs heures de jeu avant de "maîtriser" un nouvel embout.
Un break de 115 a permis à Perry de mener 4-1. Une faute sur une bille noire a relancé la machine O’Sullivan qui a gagné les 3 manches suivantes pour égaliser à 4-4 avant la session du soir.

La première session du soir a été dans la lignée de ce que Ronnie avait montré en fin d'après-midi : Perry a totalement Ronnie vainqueur des Masters pour la 7éme foiscraqué et Ronnie s’est détaché pour mener 8-4 à la pause, soit 7 manches de suite pour le quintuple Champion du Monde. Il est probable que, mené 5-4, Perry a alors compris que le match lui échappait non parce que Ronnie jouait bien, mais parce que lui-même jouait moins bien : Ronnie a effectivement gagné les 4 manches avec des breaks inférieurs à 50 ! Il l’a reconnu à la fin du match, estimant avoir perdu pied à 4-1 pour ne refaire surface que lorsqu’il a été mené 8-4 !
La suite a été une formalité malgré deux magnifiques breaks de Perry lui permettant de revenir à 8-6, Ronnie a repris le contrôle pour gagner 10-7.

Dans ses commentaires Ronnie (souvent excessif) estime avoir gagné sa plus belle victoire, en ayant beaucoup de chance et en volant ce trophée !

La suite pour Ronnie ? Il rêve sans doute d’égaler Stephen Hendry au nombre de victoires aux Championnats du Monde (7 contre 5). A défaut l’égaler ou le dépasser au nombre de titres majeurs : (18 – 17 : Stephen Hendry (7 World, 5 UK et 6 Masters) et Ronnie (5 World, 5 UK et 7 Masters).

Il est trop tard pour le UK cette année. L’objectif est donc le Championnat du Monde dans 2 mois ½. Ronnie n’aime pas cette compétition qu’il estime durer trop longtemps (2 semaines).

Une victoire lui permettrait d’égaler le nombre de titre majeur, mais Ronnie sait que le plus beau reste le Championnat du Monde : égaler Stephen est peu probable, le dépasser est impossible !

Championnats du Monde seniors.

Jason Francis, l’homme qui est derrière le très célèbre "Snooker Legends Exhibition Tour", a donné, très récemment les détails sur le nouveau Championnat du Monde Seniors.

La compétition se tiendra du 21 au 25 Mars au Baths Hall à Scunthorpe et sera ouverte à tous les joueurs âgés de plus de 40 ans et non engagés dans le "Main Tour" (tournois officiels comptant pour le classement mondial).

Le tournoi débutera avec quatre épreuves qualificatives qui auront lieu en février et en mars (17-19 Fev au Crucible Sports and Social Club, Newbury, 22-25 Fev au Northern Snooker centre Leeds, 3-5 Mars au Ballroom Nuremberg et 10-12 Mars au D’Arcy McGees, Dublin). La finale se déroulera au Scunthorpe Baths Hall du 21 au 25 mars 2017.Stephen Hendry. Championnats du Monde Seniors

Les 8 joueurs qualifiés rejoindront huit joueurs sélectionnés sur la base d'un critère de qualification qui classe les joueurs éligibles en fonction du nombre de titres mondiaux, nombre de "triple couronnes" (Champion du Monde, Champion d’Angleterre ou UK et le Master) et d'autres tournois professionnels remportés au cours de leur carrière.

Au classement des trois titres majeurs, Stephen est en tête avec 18 trophées (6 Masters, 7 titres mondiaux et 5 UK) devant Ronnie avec 17 trophées (5 titres de champion du monde, 7 Master et 5 UK).
La légende Stephen Hendry, 48 ans, 7 fois Champion du Monde de Snooker a confirmé sa participation tout comme de grands noms de la discipline : Cliff Thorburn, Dennis Taylor, Joe Johnson, Willie Thorne, Tony Knowles, Patsy Fagan et John Parrott.

Le vainqueur de la compétition recevra 10 000 £ ainsi qu’une invitation à participer aux éliminatoires du Championnat du Monde professionnel.

Lors de la compétition principale, 1000 billets seront réservés pour des enfants d'âge scolaire, des groupes de personnes handicapées ou encore des personnes de maisons de soin situées dans la région.

Une tentative avait été faite il y a quelques années : elle avait tourné à la farce quand Mark Williams ou Mark Davis ont ravis le titre (la nouvelle version va interdire aux compétiteurs engagés dans les tournois officiels de participer).
Jason Francis a déjà prouvé sa capacité à faire de superbes spectacles avec, entre autres, le "Snooker Legends" permettant aux nostalgiques de revoir les joueurs qui ont fait rêver tout passionné de Snooker !

Pour Stephen Hendry il ne s’agit pas de revenir dans le circuit de la compétition officielle, trop contraignante (et que pourrait-il prouver avec ses 7 titres mondiaux, qui ne seront probablement jamais battus, ni même égalés !). Il s’agit, pour lui, de retrouver les sensations de la compétition, du public mais aussi du plaisir de jouer sous pression !