La carambole, une discipline du billard aux multiples facettes.

Vous aimez jouer au billard mais le terme carambole ne vous dit rien ? C'est en fait une expression qui signifie billard français, en opposition aux disciplines anglo-saxonnes comme le billard américain, le snooker ou le black-ball qui se pratiquent sur des tables dotées de poches que les non initiés appellent communément les trous. On considère souvent que le billard français est plus compliqué d'accès car il faut maîtriser les effets et les bandes. C'est effectivement un jeu qui requiert une bonne technique, mais de nombreux progrès ont été fait au niveau de la fédération française de Billard pour le rendre plus accessible, notamment aux jeunes qui voudraient s'inscrire en club.

Une quatrième bille pour débuter le billard français
 

Une bille supplémentaire pour les débutants.

On utilise pour la carambole trois billes de billard, une blanche et une jaune affectées chacune à un joueur, et une rouge que l'on doit 'caramboler'. Afin de proposer une approche plus ludique, une quatrième bille bleue peut être introduite afin de multiplier les possibilités de carambolages tout en nécessitant le même type de réflexion que pour le jeu classique à trois billes. Ce n'est bien sûr pas une variante pratiquée en compétition contrairement aux jeux que nous allons évoquer ci-après.

Les jeux de série ou jeu libre.

Il s'agit du jeu le plus courant qui consiste tout simplement à toucher la bille rouge et celle de son adversaire avec la sienne, sans qu'il n'y ait d'ordre à respecter ni de contrainte quelconque. A chaque fois qu'on y parvient, on marque un point et on rejoue.

Les jeux de cadre

C'est une variante du jeu libre pour les amateurs de complexité puisque les jeux de " cadres " imposent des zones de la table dans lesquelles les billes ne peuvent rester plus de deux coups de suite. Cela suppose, pour réussir de belles séries, de se creuser la tête pour anticiper les futurs coups à jouer.

Le jeu de bande

Autre variante du jeu libre avec un paramètre en plus qui rend le jeu plus technique. Pour marquer un point, le joueur doit en effet toucher au moins une bande avec sa bille avant de caramboler la dernière bille.

Le jeu à 3 bandes

Attention, le jeu à 3 bandes est réservé à des pratiquants expérimentés. Cette fois-ci ce n'est pas une, mais trois bandes que le joueur doit effectuer avant de toucher la dernière.

Le jeu à 5 quilles

Si elle fait partie du billard français, cette variante nous vient pourtant de chez nos voisins transalpins, ce qui explique qu'elle soit encore confidentielle en France. C'est pourtant un jeu très dynamique qui a de nombreux atouts pour attirer les jeunes. Il faut donc placer cinq quilles sur la table, quatre blanches et une rouge en position centrale. Les joueurs jouent chacun leur tour, même lorsqu'ils marquent un point. Rendez-vous sur le site officiel de la fédération si vous voulez en savoir plus sur les nombreuses possibilités pour marquer un ou plusieurs points d'un coup au billard à 5 quilles

Jean Reverchon, le multiple champion du monde de billard artistique dans ses œuvres
 

Le billard artistique.

Autre variante réservée aux experts, le billard artistique se base sur une liste de 100 figures avec des trajets imposés. Durant les compétitions, des figures sont réparties par groupe et les joueurs vont devoir les exécuter dans un ordre précis tout en bénéficiant de trois tentatives pour chacune.

Cinq points importants pour progresser au baby-foot – Seconde partie

Vos amis belges veulent vous défier au kicker ? Il s'agit du nom qu'ils utilisent pour le baby-foot. C'est en effet un jeu qui se pratique partout dans le monde, avec des tables et des règles qui diffèrent, mais le principe est le même, prendre de vitesse son adversaire ! Voici donc la suite de nos conseils pour rapidement progresser. Et si l'envie vous vient de rejoindre un club, rendez-vous sur le site de la Fédération Française de Football de Table, une carte interactive vous permet de localiser le club le plus proche de chez vous.

Apprenez le snake shot.

C'est un des tirs dont on parle le plus ces dernières années et qui nous vient des Etats-Unis. Beaucoup de compétiteurs l'utilisent, car il permet d'effectuer un tir extrêmement puissant aussi bien droit qu'en diagonale, avec un risque réduit de louper la cage. Il est intéressant de se pencher sur la technique du snake shot qui n'est pas aussi compliquée à acquérir que l'on pourrait l'imaginer. Il faut dans un premier temps apprendre à contrôler la balle en gérant la poignée avec l'intérieur du poignet. Cela ne peut se faire qu'avec des poignées longues, et l'ajout d'un grip sera un avantage non négligeable. Pour déclencher le tir, on va garder la main ouverte et la tirer aussi vite que possible verticalement pour faire faire un tour complet au joueur. Entraînez-vous d'abord en tirant droit, puis intégrez cette technique dans un tir poussé ou tiré, avant de commencer à varier les angles.

Vivez à fond votre passion du baby-foot
 

Ne négligez pas le jeu de passe.

On a souvent tendance à travailler à fond ses tirs et à laisser de côté la partie un peu plus technique qui consiste à passer la balle de ligne en ligne, tout simplement parce que cela ne marque pas de point. Et pourtant il est primordial d'être capable de faire remonter la balle jusqu'aux avants pour pouvoir placer son tir fatal ! C'est en effet avec les avants que l'on a le plus de chances de marquer au baby-foot.

Améliorez votre jeu de passe au baby-foot
 

Adoptez une stratégie simple en défense.

Il faut commencer par prendre l'habitude de bien positionner ses arrières et son goal avec un léger décalage, mais pas de trou direct entre les deux. Cela doit devenir naturel afin que vous conserviez en permanence les yeux sur la balle. La clé sera d'anticiper les déplacements de l'adversaire pour le contrer. Enfin, il est recommandé de relancer vers ses avants plutôt que de tenter un tir direct qui risque fort d'être contré, à moins que dans le feu de l'action vous ne déceliez une ouverture dans la garde adverse.

Pour retrouver la première partie de cet article, cliquez ici.

Découvrez ci-dessous quelques informations sur la FBEP et ses licenciés.

Infographie
 

Cinq points importants pour progresser au baby-foot – Première partie

Comme vous le savez sûrement, il existe au niveau national et international des compétitions de baby-foot. Certains le pratiquent comme un véritable sport en s'entraînant de façon assidue pour gagner en rapidité et surprendre leurs adversaires. En effet la vivacité est un des atouts majeurs pour le baby foot, mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Il faut rester concentré afin d'analyser les failles de son adversaire et d'en profiter. Alors même si pour vous le football de table n'est qu'un loisir occasionnel que vous pratiquez entre amis pour vous offrir une bonne partie de rigolade, voici les conseils de base pour vous permettre de gagner un maximum de parties.

Le contrôle de balle au baby-foot
 

Une bonne tenue des poignées.

C'est l'un des premiers paramètres sur lesquels il est intéressant de se pencher lorsque l'on débute au baby-foot afin d'éviter de prendre des mauvaises habitudes qui pourraient ralentir votre progression. Retenez bien ceci, il ne faut pas serrer à fond les poignées. C'est comme aux fléchettes ou au billard, lorsque l'on contracte trop la main, on perd en toucher et en vitesse d'exécution. Plus la rotation de la barre va avoir une amplitude importante, plus la balle va partir fort. C'est pourquoi le poignet doit rester mobile et pas contracté à fond sur la poignée. Donc forcez-vous à relâcher les mains pour être plus souple et plus rapide.

Concentrez-vous sur quelques techniques.

L'une des clés pour gagner au baby-foot, c'est évidemment de marquer des buts et pour cela il faut pouvoir s'appuyer sur un tir ultra rapide que l'on réussit presque à chaque fois. On voit souvent des joueurs qui tentent un peu toutes les techniques sans pour autant les maîtriser parfaitement. Du coup il y a beaucoup de déchets dans leur jeu, même si au premier abord on peut être impressionné. Mais l'important c'est de mettre la balle au fond et il est préférable d'avoir un tir simple, puissant et précis plutôt qu'une grande variété de tirs approximatifs. Bien entendu il faut apprendre à faire varier ce tir pour pouvoir tromper la garde adverse et ne pas vouloir toujours placer la balle au même endroit. Par la suite vous pourrez tranquillement ajouter d'autres cordes à votre arc tout en ayant à tout moment la possibilité d'augmenter vos chances de scorer avec votre tir fétiche.


Pour retrouver la suite de cet article, suivez ce lien.

Stephen Hendry, 27 ans de carrière pour la légende du snooker.

Dans tous les sports, il y a des surdoués. Et ils sont en général précoces. Les amateurs de tennis se souviennent certainement de la victoire de l'américain Michael Chang à Roland-Garros en 1989. A seulement dix-sept ans et trois mois, il bat en finale l'immense Stephen Edberg. La force physique n'étant pas un atout pour jouer au snooker, on voit parfois de jeunes joueurs participer à des compétitions professionnelles. C'est ainsi qu'après avoir remporté le championnat d'Ecosse amateur de snooker à tout juste 15 ans, Stephen Hendry devint pro à l'âge de 16 ans et 3 mois. De 1985 à 2012, le natif d'Edimbourg allait alors graver pour toujours son nom dans l'histoire du snooker, il est unanimement considéré comme le plus grand joueur de l'histoire de son sport.

Stephen Hendry, un compétiteur d'exception
 

Quarante-deux tournois remportés par Stephen Hendry

Voilà un chiffre qui en dit long sur le niveau de performance que Stephen Hendry est parvenu à maintenir tout au long de sa carrière de joueur de snooker. Sa première victoire chez les pros va survenir dès la saison 1987/1988 avec une victoire 10-7 sur le Nord-irlandais Dennis Taylor en finale du Grand-Prix qui se tenait à Reading, en Angleterre. La même année, il remporte le British Open à Brighton et s'impose à Londres au Masters de Snooker qui constitue l'un des tournois les plus prestigieux après les Championnats du monde, et qu'il remportera en tout cinq fois. Mais son plus grand fait d'armes, c'est bien sûr d'avoir été sept fois champion du monde. Stephen Hendry est un peu comme à la maison au Crucible Theater avec 27 participations consécutives au World Snooker Championship qui rassemble chaque année les 32 meilleurs joueurs du monde. Cela constitue un record de longévité au plus haut niveau.

Le Crucible Theater, un temple du snooker qui a vu Stephen Hendry remporter sept titres mondiaux
 

Stephen Hendry, l’homme des records.

Dix mois d'invincibilité et 5 tournois remportés de suite. Voilà le genre de statistiques qui transforme un très bon joueur en légende vivante. Ce n'est évidemment pas un hasard si Stephen Hendry a été élu sept fois meilleur joueur de l'année au cours de sa carrière par ses pairs. Il a pendant longtemps détenu le record de centuries avec 762 breaks supérieurs à 100, dont 11 breaks maximum à 147 points. Mais les records sont faits pour être battus et le fantasque Ronnie O'Sullivan atteint aujourd'hui plus de 900 centuries. Autre record détenu par Stephen Hendry, les gains en tournoi avec plus de 8 millions de livres amassés. Aujourd'hui retraité, Stephen Hendry ne s'est pas éloigné de sa passion pour autant puisqu'il est désormais le commentateur vedette de la BBC.